Être DÉMOCRATE ou néo-AUTOCRATE ?

« … un référendum GAGNANT ? Tu rêves… les Québécois,es vont toujours voter NON ! Non ? »

Non je ne rêve pas. Et si tant était, je ne suis pas comme toi… devin. Préjuger du résultat d’un référendum à venir, sans tenir compte de la nature et du contenu de la question posée, sans tenir compte du contexte qui prévaudra au moment de poser la question, ne relève pas du réalisme, mais de la divination. Il faut jeter au panier sa boule de cristal fataliste et défaitiste quand on prétend être éveillé ; quand on prétend railler à bons droits les rêveurs.

Postuler que les Québécois,es sont heureux de vivre dans l’État illégitime actuel du Canada relève de la divination, non pas d’une réalité documentée. Seule la tenue d’un référendum portant sur la nature et le contenu des Actes constituants du Canada est en mesure de documenter le degré de satisfaction des Québécois,es à l’égard de la nature et du contenu des Actes constituants de l’État illégitime du Canada qui s’applique sans OUI au Québec, pour la bonne et simple raison que la minorité activiste canadianisatrice s’est toujours bien gardée de poser la question, pour la bonne et simple raison que ses stratèges et architectes savaient que si la question avait été posée, c’eut été NON et que ce serait encore NON si elle était posée ; du moins, jamais ils n’ont osés prendre le risque de l’obtenir ce NON, pas même Pierre Elliott Trudeau au faîte de la gloire. ( Cf  : Histoire des Actes constituants des États s’étant appliqué au Québec depuis la Conquête ). JAMAIS les partisans de la Couronne britannique aujourd’hui canado-britannique ne s’y sont risqués, ni en 1759 dans Québec occupée sous loi martiale britannique, ni en . JAMAIS ne s’est tenu un référendum pour que Le Peuple se prononce quant à l’État PRÉSENT. Même dans les sondages publiés, on se garde bien de poser la question quant à l’État concret présent, on pose seulement la question quant à l’État abstrait à venir… « Voulez-vous un État du Québec Souverain ? » JAMAIS on pose la question  « Approuvez-vous la Constitution de 1982 qui s’applique au Québec »

Elle n’a JAMAIS été posée cette question constituante… 

… ni en 1759 dans Québec occupée sous loi martiale britannique ; ni en 1763 pour valider la Proclamation Royale de George III créant la Province of Quebec ; ni 1774 pour approuver l’Acte de Québec faisant de la Province of Quebec, toujours sous George III, un vaste territoire s’étendant du Labrador jusqu’aux confins des Grands-Lacs jusqu’en Haute-Louisiane ; ni en 1783 pour approuver le Traité de Paris du 3 septembre 1783 signé par le même Georges III qui reconnaissait l’indépendance des États-Unis et qui faisait perdre à la Province of Quebec sa partie sud près des Grands-Lacs ; ni en 1791 pour approuver l’Acte constitutionnel du 10 juin 1791 adopté par le seul Parlement britannique et signé par le même George III qui scindait la Province of Quebec en créant le Haut et le Bas-Canada ; ni en 1840 pour approuver sous Victoria, l’Acte d’Union du Haut-Canada et du Bas-Canada ; ni en 1867 pour approuver avant qu’ils ne s’appliquent les Actes de l’Amérique du Nord britannique de 1867 ( sous Victoria) ; ni en 1871, 1886, 1907, 1915, 1916, 1930, 1940, 1943, 1946, 1949, 1951, 1960 , 1964, 1965, 1974, 1975 pour approuver des Actes qui modifiaient unilatéralement l’AANB ; ni plus près de nous encore, en 1982, pour approuver le rapatriement unilatéral de la Constitution du Royaume de la Couronne canado-britannique créée ex-nihilo de toutes pièces arbitraires par le seul Parlement de Westminster sous Pierre Elliott Trudeau … 

Pas moins de 26 Actes constituants d’autant d’États ILLÉGITIMES du Royaume de la couronne britannique − aujourd’hui canado-britannique − se sont imposés de force et d’autorité impériale à Québec et au Québec depuis les lendemains de la bataille du 13 septembre 1759 jusqu’à aujourd’hui, sans JAMAIS avoir été soumis à l’aval démocratique référendaire constituant des Québécois,es, alors que dans le Commonwealth Britannique, Le Peuple souverain d’Australie a pu se constituer un État de la Couronne britanno-australienne de par sa volonté libre exprimée par référendum dès 1900.

il n’était pas nécessaire de la poser, l’État qu’ils voulaient s’appliquait…

Pas nécessaire sous dictature de poser la question de la légitimité de la dictature ? Bien sûr que ce n’est pas nécessaire, une dictature c’est une dictature… elle s’impose sans l’aval du Peuple… Je veux bien le croire… mais en 1982, sous Régime soi-disant DÉMOCRATIQUE, il n’est pas nécessaire pour l’État de la Couronne canado-britannique de solliciter et d’obtenir le clair OUI du Peuple alors qu’elle se mêle par un Loi de l’exiger pour l’État Souverain à venir ?  Bien sûr que c’est nécessaire, sauf que, étant donné que si la question était posée ce serait NON, ce qui est nécessaire c’est de ne pas la poser… pour que l’État s’applique par défaut… Sauf que, l’État pâti. Il n’a pas de force. Il est grevé d’incapacités graves. Si la minorité activiste canadianisatrice POUVAIT l’obtenir ce OUI, ça règlerait la question… FINIES les FOLIES indépendantistes… finies les chicanes, la perte colossale d’énergie à n’en plus finir…

Elle coûte très cher cette incapacité et impuissance constituante canadian et pas qu’au Québec, au Canada lui-même tout entier… Ce n’est que par défaut que le Canada fonctionne ainsi  tout croche, au détriment du Canada et des Canadians eux-mêmes… et ce ne serait pas nécessaire de régler la question… Soyons sérieux !

Et il faudrait postuler que les Québécois,es ont approuvé tous ces Actes constituants que sont impuissants à faire valider les forces canadianisatrices ? VRAIMENT !? Mais en vertu de quels Actes, de quelle réalité tangible peut-on valablement statuer ? En vertu d’une volonté libre jamais exprimée ? C’est ça la clarté constituante canadian à géométrie variable ? Vraiment ? C’est ça la démocratie ? Certainement pas ! Et tout ce qu’on pourra invoquer de manière indirecte ne pourra jamais remplacer la parole du Peuple. Celle qui s’exprime en matière constituante jamais aussi clairement que par référendum, comme l’admet l’Empire via la loi dite de la Clarté.

Cette loi démontre qu’il est bien question d’une politique étatique des deux poids deux mesures. Un État s’impose sans OUI… et il prétend que l’État devant lui succéder lui, doit obtenir le OUI du Peuple. Il prétend qu’il a droit de s’imposer sans OUI, parce qu’il en décide unilatéralement et arbitrairement ainsi. Et, il faudrait postuler que les Québécois,es sont d’accord avec ça, sans qu’il ne soit besoin de leur poser la question ? Mais en vertu de quelle logique ?

Il est question donc de poser la question quant à l’État concret PRÉSENT pour que Le Peuple se prononce afin d’obliger TOUS les États, quels qu’ils soient, à obéir TOUS à la même règle, à savoir, obtenir pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es, du seul fait pour lui de PROCLAMER par référendum INVALIDE au Québec TOUT État qui n’a pas le OUI des Québécois,es. Pour que s’applique à lui-même, la rigueur de sa propre loi dite de la Clarté, l’État ILLÉGITIME du Canada.

et… ce sera NON… parce que les Québécois,es ne veulent pas se tenir debout

Retour à la case départ… un défaitisme fataliste divinatoire qui n’a aucune espèce de prise avec la réalité. Le contraire consiste à poser la question, on verra bien si c’est NON. C’est la seule manière de déterminer si OUI ou NON les Québécois,es sont d’accord avec le Contenu des Actes constituants du Canada qui s’impose sans OUI au Québec depuis la Conquête.

et… si c’est NON, on fait quoi ?

On accepte la volonté libre du Peuple. C’est ça être DÉMOCRATE !

Or, penser que Le Peuple Souverain du Québec, va dire NON à la démocratie, NON au fait de vivre dans un État qui dispose d’Actes constituants validés par Le Peuple, NON à la primauté démocratique de sa souveraineté de Peuple, c’est postuler que Le Peuple est un parfait idiot, incapable de se gouverner lui-même. Ça, c’est typique de la pensée AUTOCRATE qui postule que Le Peuple est trop idiot pour se gouverner lui-même, et qu’il lui faut des élites éclairées pour le faire à sa place. Ce postulat néo-AUTOCRATE n’est juste pas DÉMOCRATE.

On est DÉMOCRATE quand on postule le contraire. Quand on postule que Le Peuple ( élites comprises ), dispose de tout ce qu’il faut pour se gouverner lui-même. On est DÉMOCRATE quand on cesse de carburer au défaitisme fataliste débilitant qui postule que les Québécois,es ne sont pas DÉMOCRATES, que les Québécois,es ne veulent pas vivre en DÉMOCRATIE.

Choisir d’être DÉMOCRATE !

On ne nait pas DÉMOCRATE, on le devient !

Il faut choisir de l’être. Et ce choix implique un certain nombre de choses, comme le fait de rompre avec le défaitisme fataliste débilitant ; implique de ROMPRE avec le postulat AUTOCRATE qui tient Le Peuple pour un idiot, un analphabète fonctionnel, un peureux, un débile léger qui n’a que faire de la politique, soi-disant parce qu’il vaque à ses occupations, parce qu’il aime se distraire en lieu et place de s’organiser ; parce qu’il est défaitiste en somme… et INCAPABLE de prendre les bonnes décisions quant à la gouvernance ce son État et de son gouvernement. Ce pourquoi il faut l’éduquer, en lieu et place que ses élites prennent leurs responsabilités.

, , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire