Pays imaginaire !? PKP doit s’occuper du PAYS réel canadian !

Couillard-Harper-T

TVA | 2015 05 19 | Régys Caron | Agence QMI | Selon Philippe Couillard « Le PQ vit dans un monde imaginaire »

« Les vraies préoccupations des Québécois, ce n’est pas un référendum sur la séparation du Québec. Les vraies préoccupations, c’est la qualité de vie et la croissance économique et des emplois de qualité. Le Parti québécois vit dans un monde imaginaire avec un enjeu imaginaire, nous, on choisit d’être sur la réalité », a dit Philippe Couillard.

Selon François Legault, « PKP veut travailler sur un pays imaginaire »

« M. Péladeau a un discours très clair sur la souveraineté. Moi, ce que j’entends sur le terrain, c’est que les Québécois sont tannés de voir leurs taxes et tarifs augmenter. Ils veulent un projet économique d’abord avant un projet constitutionnel. [...] (M. Péladeau) veut travailler sur un pays imaginaire, alors que les Québécois souhaitent que l’on travaille sur le pays réel, le pays dans lequel ils vivent», a dit M. Legault.

Pour répliquer à ces attaques, Stéphane Gobeil qui renvoie le compliment, mais ne suffit pas ; la faute de l’un n’excusant pas la faute de l’autre : sophisme 101 oblige !

JdM | Stéphane Gobeil | 2015 05 19 | Le Canada imaginaire de M. Couillard

Pour répliquer de manière décisive à ces attaques, il faut suivre le conseil de Philippe Couillard et de François Legault, il faut s’occuper du PAYS RÉEL du Canada, il faut s’occuper du PRÉSENT, non pas seulement de l’@ venir, de l’État abstrait @ venir, perpétuellement à venir… il faut faire le contraire de ce qu’affiche la Coalition avenir du Québec, il faut s’occuper de l’État PRÉSENT illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique qui s’applique au Québec sans OUI par-dessus la tête constituante référendaire des Québécois,es.

 

Philippe Couillard vit dans un pays imaginaire du Canada dont le Québec ferait partie

… alors même que la députation du Québec unanime a refusé d’y adhérer en 1982.

 

Il faut donc demander des comptes à Philippe Couillard quand il affirme parfaitement arbitrairement..

« Selon lui, une majorité de Québécois sont heureux et veulent demeurer à l’intérieur de la fédération canadienne ».

TVA | 2015 05 19 | Régys Caron | Agence QMI | Selon Philippe Couillard « Le PQ vit dans un monde imaginaire »

De un, il faut corriger son énoncé : «  une majorité de Québécois est heureuse et veut demeurer… »

De deux, il faut affirmer que oui les Québécois,es sont généralement heureux,ses, mais ça ne veut pas dire qu’il,elles « veulent ( pour autant ) demeurer à l’intérieur de la fédération » canadian.

De trois, quand donc les Québécois,es ont-il,elles dit OUI aux Actes constituants de l’État soi-disant fédéral du Canada ? JAMAIS !

Car enfin, pour « demeurer à l’intérieur » encore eut-il fallu qu’on y rentre dans cette « demeure » … VOLONTAIREMENT, LIBREMENT, NOMMÉMENT ! Soyons sérieux !

Quand donc la députation élue par les Québécois,es a-t-elle accepté de reconnaître les Actes constituants de l’État soi-disant fédéral du Canada ? Certainement pas en 1982 au moment où la députation unanime élue par la Québécois,es a refusé de reconnaître la validité de l’État du Royaume de la Couronne canado-britannique créé de toutes pièces absentes par le seul Parlement de Westminster à Londres par un vote forcé de la députation des Peuples Souverains du seul Royaume-Uni.

Comment peut-on « demeurer à l’intérieur » d’une soi-disant fédération à laquelle les Québécois,es n’ont JAMAIS accepté nommément de faire partie ?

Comment peut-on prétendre que les Québécois,es « veulent demeurer à l’intérieur de la fédération canadienne » ?

Philippe Couillard peut le prétendre parce que rien n’a été engagé, n’est engagé, pour le forcer à en démontrer la constitutive réalité. Il ne peut cependant pas pour ce faire, ne serait-ce qu’envisager mettre de l’avant une politique qui ferait en sorte que le Québec INTÈGRE le Canada, fasse partie du Canada, valide les Actes constituants du Canada ayant cours légal illégitime au Québec ; pourquoi, parce que ce serait le tollé général ; parce que la majorité des Québécois,es n’en veut juste pas de la Constitution du Canada de 1982 ; parce que le Québec ne veut pas même de l’État du Canada de Charlottetown en 1992 qui donnait plus de pouvoir au Québec. En fait, Philippe Couillard vit dans un pays imaginaire dont le Québec ferait partie alors même que la députation du Québec unanime a refusé d’y adhérer en 1982

Le pays RÉEL du Canada

L’État réel du Canada est lamentablement privé du OUI référendaire des Québécois,es. La minorité activiste canadianisatrice est INCAPABLE de ne serait-ce que croire possible l’obtention d’un clair OUI référendaire à ses Actes constituants. C’est la réalité. Que faisons-nous de cette réalité ?

On laisse Philippe Couillard et la minorité de blocage canadian prétendre n’importe quoi et son contraire quant à la Souveraineté démocratique constituante des Québécois,es ? On prépare la Souveraineté de l’État abstrait à venir en prévoyant former encore un gouvernement qui acceptera de gouverner Le Peuple en vertu d’une Loi constituante qui n’est pas celle du Peuple ? VRAIMENT !?

Josée Legault dans le JdM d’aujourd’hui pose les jalons d’un diagnostic pour ensuite disposer de ce qu’il convient de faire au PQ sous la gouverne de PKP.

JdM | 2015 05 19 | Josée Legault | Les 14 travaux de PKP (1ière partie)

Son diagnostic quant aux causes et à la nature de la maladie dont souffrirait le PQ fait impasse cependant sur une donnée essentielle, à savoir, l’appui manquant à « l’indépendance ». Elle réduit son analyse de la situation à une seule partie de la donne ; elle raisonne comme si le PQ avait déjà détenu tout ce qu’il fallait pour convaincre les Québécois,es du bien fondé de la Souveraineté de l’État du Québec et qu’il suffirait de contrer l’effet des ruptures qu’elle a savamment identifié pour emporter l’adhésion des Québécois,es en faveur de « l’indépendance » ; qu’il suffirait en somme de renouer avec ce qu’a déjà été le PQ pour obtenir ce qu’il n’a jamais pu obtenir.

D’autant que, QS ne disparaîtra pas, pas davantage que la CAQ, voire aussi l’ON. 

Il faut donc creuser la question du diagnostic plus avant, comme en convenait Jacques Parizeau dans son historique Discours de clôture des IPSO du 6 juin 2009.

Comment ? En posant la question du pourquoi les Québécois,es n’ont jamais appuyé de manière largement majoritaire le fait de fonder leur État Souverain du Québec.

Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Qu’est-ce qu’on a fait – ou qu’on a pas fait – pour que ça ne fonctionne pas, comme l’a formulé Jacques Parizeau le 6 juin 2009 ? 

Ce qu’on a fait : c’est demander aux Québécois,es de se prononcer sur une démarche menant à la fondation de l’État abstrait du Québec à venir… sans leur donner l’occasion de se prononcer d’abord sur l’État concret présent qui s’applique sans OUI au Québec – par-dessus la tête constituante référendaire démocratique du Peuple Souverain du Québec – pour l’invalider au Québec, comme tout État qui n’a pas obtenu le clair OUI des Québécois,es. Tous les États doivent respecter la même règle.

Ce qu’on a fait : c’est former, en attendant les conditions gagnantes, des gouvernements qui ont accepté de gouverner Le Peuple en vertu de lois constituantes qui n’étaient pas celles du Peuple ; ce qui nie sa Souveraineté démocratique.

On ne peut faire une chose et son contraire sans plomber l’appui la chose qu’on célèbre en même temps qu’on la nie.

On ne peut nier la Souveraineté du Peuple sous prétexte qu’on prépare la Souveraineté de l’État du Peuple.

Ce qu’on n’a pas fait : donner l’occasion au Québécois,es de se prononcer sur l’État présent concret actuel du Canada qui s’applique au Québec sans rupture depuis 257 ans sous diverses formes sur lesquelles JAMAIS Le Peuple Souverain du Québec n’a eu l’occasion de se prononcer, le privant de Sa Souveraineté constituante, de la Conquête à aujourd’hui en passant par la Constitution de 1982, alors même que par exemple le Peuple Souverain d’Australie partie du même Empire britannique a pu se prononcer par référendum depuis plus de 115 ans, depuis 1900. ( Cf : Histoire des Actes constituants des États s’étant succédé au Québec depuis la Conquête ).

Parce que nous avons été aspiré par l’État abstrait à venir – perpétuellement à venir – nous avons depuis 47 ans omis de respecter la Souveraineté constituante du Peuple, nous l’avons nous aussi – comme l’a fait l’Empire, comme l’ont fait les zélotes autocrates canadianisateurs – privé de son droit de se prononcer sur l’État qui s’applique concrètement à son territoire national. L’imminence d’un avènement qui a été toujours repoussé servant de prétexte à notre coupable impéritie. Happés que nous avons été par l’imminence d’un avènement qui ne vient pas, nous avons nous-mêmes fait ce que nous reprochons à l’Empire qui occupe notre territoire. Résultat des courses, nous avons foulé aux pieds la Souveraineté constituante du Peuple sous prétexte de préparer la Souveraineté de l’État du Peuple, aussi sûrement que ne l’a fait l’Empire britannique et des générations de Québécois,es serviles. Ce qui n’échappe pas au Peuple. Comment pourrait-il faire confiance à de si piètres libérateurs. 

Suivre l’exemple de De Gaulle

Pour échapper à cette contradiction irréductible qui nous a fait NIER la Souveraineté du Peuple tout en mettant de l’avant la Souveraineté de l’État du Peuple, il faut choisir – toutes choses égales par ailleurs – de suivre l’exemple de De Gaulle, et non pas celui de PÉTAIN/Laval, comme l’a fait René Lévesque en toute bonne fois trois mois après que de Gaulle se fut écrié VIVE le Québec libre ! en lui tournant le dos et en mettant de l’avant la souveraineté-association. À savoir, s’associer à un État de clair déni démocratique sans d’abord prévoir l’INVALIDER au Québec. Lévesque a cru utile de faire l’économie du renversement de l’État ILLÉGITIME du Canada. Résultat des courses, n’ayant pas le fardeau de la preuve, il n’a eu qu’à fédérer les NON à l’État souverain pour que la force d’inertie assure son indécente pérennité sans avoir même à fédérer les OUI à ses Actes constituants répudiés par les Québécois,es.

Pour rectifier le tir il faut choisir le modèle Johnson/de Gaulle, et rompre avec le modèle Pétain/Lévesque/Morin. L’Histoire a donné raison à De Gaulle et a donné tort à la collaboration, à la gouvernance collabo, au déni démocratique constituant, à René Lévesque.

Modèles-2

Renverser le fardeau de la preuve

Il est question donc de renverser le fardeau de la preuve. Jusqu’à maintenant, les souverainistes ont de manière absurde assumés seuls le fardeau de la preuve devant les Québécois,es et se sont abstenus de faire en sorte que TOUS les États obéissent à la même règle, à savoir, solliciter et obtenir pour leurs Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es. Facile d’obtenir un NON, suffit d’invoquer un seul empêchement. Pour obtenir un OUI, il faut avoir écarter tous les empêchements. Facile pour la minorité activiste canadianisatrice de prétendre que les Québécois,es « sont heureux et veulent demeurer à l’intérieur de la fédération » canadian. Tant et aussi longtemps qu’on n’obligera pas ces colonisés collabos à obtenir pour la Constitution du Canada le clair OUI référendaire constituant des Québécois,es seul en mesure de déterminer s’il,elles VALIDENT tel État du Royaume de la Couronne canado-britannique, la force d’inertie permettra à l’État illégitime actuel du Canada de s’imposer de force et d’autorité impériale puisque RIEN n’est en mesure de l’INVALIDER au Québec.

Il faut donc prévoir rompre avec la « collaboration » passive. Il faut prévoir rendre effective la Souveraineté démocratique constituante du Peuple. Il faut prévoir cesser de la fouler aux pieds du seul fait de former un gouvernement conventionnel qui va accepter de gouverner Le Peuple en vertu d’une loi constituante qui n’est pas celle du Peuple et qu’il n’a JAMAIS validée.

La « collaboration » nous a été utile longtemps, seuls au monde que nous étions après l’abandon de la France. Une « collaboration » utile et nécessaire, le temps de nous reconstituer des élites propres pour remplacer celles qui avaient quitté après la Conquête. Or, ce Peuple Souverain que nous sommes a su comment en moins de 200 ans se reconstituer des élites propres qui ont pu à la faveur de la Révolution tranquille lui permettre de se réapproprier de grands pans de son État, de son œconomie, toutes choses essentielles pour assurer son existence propre et pour protéger sa culture et sa langue, toutes choses qui participent de la protection de la diversité culturelle de l’Humanité et du fait français en Amérique du Nord. La « collaboration » n’est plus utile aujourd’hui, maintenant que nous disposons de tout ce qu’il faut pour rendre effective la Souveraineté constituante de ce Peuple qui seule peut rendre effective la Souveraineté de son État républicain devant émaner de lui et de l’expression de ses voix référendaires.

Rompre avec la gouvernance collabo

Suivre l’exemple de De Gaulle consiste – toutes choses égales par ailleurs – à refuser de participer à la formation d’un gouvernement comme les autres qui gouverner Le Peuple alors qu’il accepte de se soumettre à une loi constitutive qui NIE la primauté démocratique de la souveraineté du Peuple. Suivre l’exemple de De Gaulle consiste à donner l’occasion au Peuple de se prononcer pour Proclamer INVALIDE au Québec TOUT État qui n’a pas, tel l’État illégitime actuel du Canada qui s’applique concrètement au Québec, obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es. Ce qui confirme à la face du Monde libre, le vide d’État démocratique actuel. Un vide comblé d’un même souffle référendaire en obtenant le OUI du Peuple à la Proclamation de la seule VALIDITÉ de la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec.

Engager un processus constituant radicalement démocratique

Un processus qui commence en continuant à suivre l’exemple de De Gaulle qui a su et pu faire l’UNION de toutes les forces démocratiques citoyennes et politiques du Peuple Souverain de France autour d’un même Programme COMMUN d’État démocratique républicain, sous résistance. Toutes choses égales par ailleurs, il nous faut donc mettre de l’avant une UNION de toutes nos forces politiques et citoyennes, par delà la gauche et la droite, sous Coalition multipartite de gouvernement de LIBÉRATION démocratique nationale.

Ce ne sera pas facile, mais ce sera impossible si on se crispe sur les difficultés ; impossible si on met en concurrence perpétuelle des Programmes de gouvernance de gauche ou de droite irréconciliable ; impossible si on ne fait pas la différence entre Programme COMMUN d’État et Programme COMMUN de gouvernance. Il n’est pas question de Programme COMMUN de la gauche française qui a permis à Mitterrand de s’imposer en faisant quasiment disparaître le Parti communiste français de l’échiquier politique. Il est question de suivre l’exemple de De Gaulle qui à compter de juin 1940, a mis de l’avant un Programme de résistance trans-partisan qui a su faire l’UNION des forces démocratiques du Peuple Souverain de France, de l’extrême gauche communiste stalinienne internationaliste à l’extrême droite monarchiste catholique, en passant par l’extrême centre socialiste athée.

Mais la tentation unitariste péquiste anti-coalition sera très forte, cette force ira croissant de manière directement proportionnelle à la croissance de la popularité du PQ-PKP. Sauf que, cette force pourra rendre irréductible la formation d’une telle Coalition multipartite, justement, parce que le PQ pourrait, soi-disant, s’en passer… Or, il ne peut s’en passer… ( Cf : La tentation unitariste péquiste VS l’UNION multipartite )

Mettre sur pieds une COALITION multipartite de Gouvernement de LIBÉRATION démocratique nationale

Ce n’est pas autour du PQ qu’on pourra la former, mais bien autour d’un Programme COMMUN d’État démocratique républicain. Ainsi, il n’est pas question pour QS de risquer la disparition parce qu’il serait question de gouverner avec le PQ sous les auspices d’un bancal Programme de gouvernance fait de compromis qui friseraient la compromission… Pareil pour la CAQ et l’ON. C’est d’autre chose qu’il est question. Le reste suivra…

 

, , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire