La tentation UNITARISTE péquiste vs l’UNION multipartite

Faire l’œconomie de l’UNION multipartite !? Une fausse bonne idée !

PKP-landry-beaulieu-T

La tentation UNITARISTE péquiste vs l’UNION multipartite : 1 Bloc démocratique ; Bloc PQ+QS+ON+CAQ

Le coup de sonde favorable au PQ suivant immédiatement l’annonce de l’élection de PKP à la tête du PQ pourrait donner des ailes aux pourfendeurs de l’UNION multipartite dont a parlé PKP pendant la campagne à la chefferie pour faire l’UNION des souverainistes de gauche à droite.

PKP-2015 05 18

 

 

Le Devoir | 2015 05 19 |  Guillaume Bourgault-Côté

Sondage Léger | Péladeau replace le PQ

Tout nouveau, tout beau. L’élection de Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti québécois (PQ) vendredi a eu comme effet immédiat de doper les appuis à la formation souverainiste, révèle un sondage Léger mené cette fin de semaine pour Le Devoir…
.
.
.

PKP-landry-beaulieu

 

ICI-RC | La Presse Canadienne | 2015 05 19 |

Pierre Karl Péladeau appelle les souverainistes à se joindre au PQ

M. Péladeau a appelé les électeurs de Québec solidaire et d’Option nationale, notamment, à s’unir sous la même bannière pour la cause de l’indépendance.

 

 S’unir sous la même et seule bannière du PQ ? Est-ce compatible avec ce que PKP a présenté dans son programme électoral ? Certainement pas.

« Entreprendre un dialogue avec l’ensemble des partis, mouvements politiques et organisations de la société civile visant à élaborer les éléments d’une stratégie commune »

PKP-Souverainté-02

Il a été question, en somme, de faire en sorte que tous les partis souverainistes endossent un même Programme COMMUN d’État démocratique… pour former éventuellement une Coalition multipartite de gouvernement de LIBÉRATION démocratique nationale… afin d’élire un gouvernement de coalition MULTIPARTITE largement majoritaire en siège… et si possible en voix, capable de contrer la force d’inertie constitutive du Canada réel actuel.

La tentation unitariste VS l’UNION plurielle

Or, s’il est plutôt question maintenant de carburer au plus navrant et conventionnel des combustibles électoralistes partisans, qu’est-ce d’autre qu’une forfanterie que cette entreprise de dialogue avec « l’ensemble des partis ».

Plus le PQ gagnera en popularité en terme d’intention de votes, plus la tentation unitariste péquiste plombera l’idée d’UNION multipartite, jusqu’à ce que… l’élastique casse, sauf qu’il sera trop tard… nous aurons une fois de plus perdu une occasion de donner au Peuple Souverain du Québec de se poser dans l’État réel qui s’applique au Québec en tant que seule Autorité démocratique suprême légitimée de constituer l’État qui s’applique au Québec selon son bon plaisir Souverain du moment. 

En effet, plus le PQ écrase ses adversaires, plus l’idée d’un État à parti unique péquiste unitariste s’impose dans l’imaginaire collectif ; plus on s’approche d’un point de bascule qui ne pourra que plomber le PQ et l’État Souverain qu’il met de l’avant. L’idée d’un État à parti unique émanant d’un OUI référendaire gagnant est loin d’être réjouissante ou rassurante pour bon nombre de démocrates québécois,es, et encore moins pour les Québécois,es habitué,es à jouer Québec VS Ottawa ( et vice-versa Ottawa VS Québec ) pour que s’établisse un semblant d’équilibre qui nous garde de l’absolutisme unanimiste des uns et des autres. Ainsi, va de soi le fait d’élire Trudeau à Ottawa et Lévesque à Québec. Une assurance politique contre l’absolutisme électif. Ainsi, plus le PQ prend de la place dans l’espace politique québécois, moins ce recours est à porté d’urne pour les habitués de la dualité canadian que nous sommes. Plus l’ombre obscurantiste d’une grande noirceur unanimiste se projette sur le… projet d’État Souverain. En effet, si le PQ prend toute la place à Québec, une fois l’État Souverain fondé, les Québécois,es ne dispose plus d’Ottawa pour contrer l’absolutisme péquiste… D’où… l’impasse… Celle que nous avons déjà expérimentée en 1995. Les mêmes causes ne pourront que produire le même effet. 

Au contraire, l’idée d’UNION multipartite est autrement plus fertile dans une telle culture politique qui est la nôtre depuis des générations. L’UNION sous Coalition multipartite permet d’incarner l’idée que l’État souverain émanant d’un OUI majoritaire ne sera pas livré aux seules mains d’un seul parti trop largement majoritaire. Même si le PQ ne semble pas en avoir besoin, d’autant parce qu’il n’en a pas besoin, l’UNION multipartite s’impose… comme garantie supplémentaire évidente de pluralisme démocratique.

+ la popularité du seul PQ-PKP croît + l’UNION multipartite est vitale !

En effet, plus le fait de voir se concrétiser la possibilité de voir se former à Québec un Gouvernement de Coalition MULTIPARTITE aussi PLURIELLE que ne le serait celle qui rassemblerait de gauche à droite le Bloc PQ, QS, l’ON [ et la CAQ ( ce qui en restera du moins... ) ], plus s’afficherait d’emblée concrètement l’idée d’une pluralité démocratique momentanément solidaire capable enfin de donner l’occasion au Peuple Souverain du Québec de renverser l’État de clair déni démocratique canadian pour qu’il puisse fonder un État résolument démocratique et pluraliste à son image et à sa ressemblance radicalement démocratique. Ce qui incarne concrètement le contraire d’un État à parti unique péquiste redouté par nombre de Québécois,es.

L‘UNION de coalition multipartite est le seul antidote efficace contre la suspicion d’obscurantisme univoque précité. Penser utile d’en faire l’oeconomie est tout sauf avisé. Si l’oeconomie est le principal atout de PKP, ce n’est certainement pas l’oeconomie de bout de chandelle politique qui pourra en témoigner. L’entrepreneur salué par les Québécois,es doit oser faire ce qui n’a jamais été fait, c’est là la clé de son succès passé. Sa capacité de continuer à le faire en politique est garant de son succès à venir espéré. 

L’exemple a contrario de la Coalition PLC/NPD morte-née !

Ce n’est pas pour rien que la Coalition PLC/NPD mise sur pieds par Stéphane Dion a été battue en brèche par des stratèges canadianisateurs avisés. Ce n’est pas pour rien qu’on a saboté la campagne électorale de Stéphane Dion. L’idée d’UNION sous Coalition PLC/NPD appuyée par le Bloc québécois était très largement appuyée par les Québécois,es, au point de soulever une vague orange sans précédent même à Québec soi-disant conservatrice, pour élire le seul parti vraiment capable de la rendre possible à Ottawa. En effet, si elle avait pu voir le jour, ce précédent à Ottawa aurait ouvert la porte à la pareille à Québec, puisqu’il se trouve qu’au Québec on est habitué à n’approuver jamais aussi librement que ce qui a d’abord reçu la sanction du reste du monde, seul au monde que nous sommes depuis l’abandon de la France lors de la Conquête.

Mais qu’à cela ne tienne, pour une fois, nous pourrions changer la donne, puisque les Québécois,es appuient massivement l’idée coalitionnaire. L’équipe PKP est bien placée pour ce faire et n’est-ce pas utile quand on prétend vouloir renverser la séculaire donne canadianisatrice autocratique que d’initier d’emblée des changements démocratiques concrets dans le réel politique désespérant qui est le nôtre, ne serait-ce que pour démontrer que l’innovation, la créativité, l’audace, sont tout sauf contraires à nos intérêts démocratiques ?

Comment concrétiser l’idée de COALITION multipartite ?

En écartant tout ce qui s’oppose à la formation d’une telle Coalition plurielle. Comment, en mettant de l’avant le plus large dénominateur COMMUN qui transcende nos divisions accessoires. Qu’est-ce qui est ESSENTIEL en démocratie, sinon, la DÉMOCRATIE elle-même, et ce qu’elle engage en terme de respect de la Souveraineté constituante du Peuple ?

Qu’est-ce qui empêche QS d’adhérer à un gouvernement de coalition multipartite ? Rien d’autre que ce que QS met de l’avant en terme de gouvernance de gauche, en terme de politique à mettre en place quand QS formera un gouvernement du Québec. En quoi le Programme de gouvernance de QS est concerné s’il est plutôt question de former un gouvernement de LIBÉRATION démocratique nationale – MAJORITAIRE en siège et si possible en voix – qui va, sitôt élu, expédier les affaires courantes cependant que la députation siégeant à l’ANQ | Assemblée nationale du Québec sera mobilisée par la rédaction et l’adoption d’Actes constituants devant prendre effet dès après la tenue de référendum et Proclamant INVALIDE au Québec tout État qui, tel l’État illégitime actuel du Canada, s’applique illégitimement au Québec sans avoir sollicité et obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es et pour Proclamer seule VALIDE la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec adoptée par l’ANQ ?

Distinguer les concurrents Programmes de gouvernance d’un Programme COMMUN d’État

Si QS a l’assurance qu’il n’est pas question de former un gouvernement soi-disant pluriel qui va se contenter d’appliquer un conventionnel Programme de gouvernance de centre-droit alors qu’un tel gouvernement accepterait d’être gouverné par les Actes constituants de l’État illégitime du Canada qui n’ont pas la OUI des Québécois,es, QS ne peut être en aucun cas justifié de refuser d’endosser un Programme COMMUN d’État démocratique républicain conséquent qui donne l’occasion au Peuple Souverain du Québec de renverser démocratiquement l’État de clair déni démocratique canadian qui s’impose sans OUI au Québec non sans fouler aux pieds la Souveraineté démocratique constituante des Québécois,es. Même les alliés néo-DÉMOCRATES de QS ne pourrait être légitimé de refuser d’adhérer à un tel Programme COMMUN d’État démocratique républicain. 

Dès lors que le PQ-PKP met de l’avant un tel Programme COMMUN d’État, QS ne peut que l’accepter, à défaut, aucun démocrate québécois,es de gauche ne sera légitimé de voter pour une telle gauche néo-AUTOCRATE. Sauf bien sûr quelques rares anarcho-mondialistes néo-AUTOCRATES complètement déconnecté,es de la réalité politique démocratique contemporaine.

Pareil pour la CAQ. S’il est question pour elle de faire le ménage de l’État, eh bien, c’est bien de ça qu’il est question, non pas question de balayer la question constituante de l’État sous le tapis d’un État qui s’impose sans OUI au Québec. On fait un grand ménage, on cesse de laisser la poussière sous le doublon de deux États qui se chevauchent à coups de millions en pure perte. On s’occupe du pays RÉEL… On prend un an pour régler le problème d’une manière ou d’une autre pour enfin passer à autre chose. Où bien le Canada dispose d’Actes constituants validés par référendum par les Québécois,es, ou bien le Québec dispose d’Actes constituants républicains qui règlent le problème.

, , , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire