Lettre à Gilles Duceppe, chef d’un Bloc DÉMOCRATE républicain québécois

Lévis, 2015 06 10

M. Duceppe,

Vous avez fort à faire en terme d’organisation, mais il vous faut penser aussi à votre politique — à notre politique — vous devez penser au contenu de ce que l’organisation que vous structurez aura à mettre de l’avant…

Je veux bien croire qu’il soit souhaitable que vous vous soyez « joint » à Mario Beaulieu, mais si c’est pour seulement passer de 15 à 20% d’appui à ± 30% d’appui, je ne vois pas où est l’intérêt… on est toujours perdant…

Maintenant que Brian Mulroney est de la partie, ( Cf : La Presse | 2015 06 10 | Brian Mulroney se rallie derrière Harper ) ne manque plus que Lucien Bouchard… Or, comme Mario vous a prié, vous devriez maintenant prier  M. Lucien Bouchard de venir « se joindre » à Mario et à vous pour devenir co-chef du Bloc démocratique québécois pour battre la droite et la gauche néo-AUTOCRATE canadian qui s’impose sans OUI au Québec par-dessus la tête constituante démocratique référendaire des Québécois,es, il pourra faire monter l’appui à 40 ou 50%… de manière à pouvoir élire à Ottawa une députation du Bloc DÉMOCRATE québécois MAJORITAIRE.

Pour l’heure, je peux comprendre cependant qu’il que l’appui au Bloc ne grimpe, même avec vous aux commandes, pas plus haut que ± 30% des intentions de vote… en effet, les mêmes causes ne peuvent que produire les mêmes effets… Les mêmes causes étant ce que le mouvement souverainiste met de l’avant, ce que vous-même mettez de l’avant… qui est pareil à ce que vous avez mis de l’avant en 2011… à savoir… « défendre les intérêts du Québec à Ottawa » alors même que la division règne à Québec dans la confusion la plus désespéramment totale… N’IMPORTE QUOI !

Ce que présentent les souverainistes n’emporte pas l’adhésion des Québécois,es, c’est pourtant évident. Et, il en sera de même tant et aussi longtemps que les états-majors souverainistes dont vous êtes ne se seront pas décidés, enfin, de remettre sur le métier leur ouvrage pour apporter valide et solide réponse à la question posée par Jacques Parizeau le 6 juin 2009 dans son discours historique de clôture des IPSO ; à savoir, en substance, « qu’est-ce qu’on a fait de croche pour que les Québécois,es pensent que la souveraineté de l’État du Québec n’adviendra pas alors qu’il,elles pensent maintenant qu’elle est non seulement faisable, viable, mais aussi… éminemment souhaitable ? »

C’est quand même le comble… quelque chose qu’on souhaite est supposé d’emblée inaccessible… Mais alors, comment donc cette chose souhaitée pourrait être accessible si l’on suppose qu’elle ne le sera pas accessible ? Comment dénouer ce paradoxe désarmant, débilitant, aliénant ?

La réponse à cette question est pourtant simple, les Québécois,es pensent que la Souveraineté de l’État du Québec ne pourra pas s’avérer, du moins pas maintenant ou dans un avenir prévisible, parce que les conditions utiles ne sont par réunies, malgré le fait que cette Souveraineté de l’État leur paraît éminemment souhaitable, malgré la valeur des chef,fes en présence, malgré tout, en fait… La question est ? 

Qu’est-ce qui manque en terme de conditions utiles ?

Au premier chef, nous manque la force considérable et irrésistible capable de s’opposer à la force encore plus considérable de l’État illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique du Canada qui compte sur d’innombrables forces économiques, financières, intellectuelles, techniques, technocratiques, scientifiques, étatiques, sociétales, et politiques, structurelles, conjoncturelles et conjecturales, gravitant autour de cet État de clair déni démocratique autocrate canadian… à commencer par… une considérable force… d’inertie… qui plombe par effet de masse de friction, tout mouvement de changement de direction.

Il se trouve que les Québécois,es observent avec raison que dans l’État actuel de DIVISION de nos forces citoyennes et politiques, il ne sert à rien de penser pouvoir vaincre la force d’inertie du Régime, de penser pouvoir vaincre la force des pouvoirs économiques avérés et occultes qui prennent parti, jusqu’à preuve du contraire, pour la force la plus grande et celle qui apparaît être la plus imposante, celle du statu quo de blocage autocrate canadian donc.

Mais qu’est-ce donc qui a tant manqué en 1995 en terme de force à la triade Bouchard/Dumont/Parizeau… ? Qu’est-ce donc qui manque tant aujourd’hui encore à la triade Aussant/Duceppe/PKP en terme de force, d’atouts ?

Qu’est-ce qui fait la force du Royaume de la Couronne canado-britannique ? Qu’est-ce qui en impose tant et qui nous fait croire que cette force sera en mesure de supplanter la somme de toutes les pourtant considérables nôtres, qui ne sont pas rien, mais qui au final, s’avèrent toujours insuffisantes… ?

Poser la question c’est y répondre.

La force de La Majesté de la Couronne canado-britannique VS la force de La Majesté de… de quelle Majesté au juste… ?

La force du Royaume de la Couronne canado-britannique réside toute entière dans la colossale force brute et sophistiquée intangible de cette Institution intemporelle incomparable qui s’impose au Québec sans rupture depuis 257 ans par-dessus la tête démocratique constituante référendaire des Québécois,es. Toutes les personnes du Québec et du Canada qui l’endossent cette Institution, aussi abusive et illégitime soit-elle au Québec, se trouvent donc parées des attributs et de La Majesté transcendante et intemporelle de cette Couronne coiffant la tête de la personne qui trône au Sommet de l’Empire le plus puissant de toute l’Histoire de l’Humanité au coeur duquel nous vivons, seul,es au monde depuis la Conquête, puisque personne ne viendra à notre secours, comme nous l’avons bien compris le 13 septembre 1759 et aux lendemains de la victoire du Chevalier de Lévis du printemps 1760 qui a suivi, dès lors que nous avons compris que la flotte qui s’avançait vers Québec battait pavillon britannique et non pas pavillon français, consacrant à nos yeux meurtris l’abandon de l’amère patrie du Royaume de France et de l’abdication de facto de notre Roy et Souverain, Louis XV. Une abdication de fait qui nous a fait être de fait, Peuple sans Souverain, Peuple Souverain devenu, distinct du Peuple Souverain de France dont nous avions été partie intégrante pendant 151 ans, et distinct tout autant de tout autre désormais.

La Majesté de ce fait à nul autre pareil a cependant été traînée dans la boue autocrate de la Couronne britannique qui s’appliquait ici pendant 223 ans jusqu’à ce qu’elle devienne, sans rupture en 1982, canado-britannique, de par la création ex nihilo de la Couronne éponyme par le seul Parlement de Westminster via le vote de seule députation du Royaume-Uni. La Majesté de ce fait s’est imposée de par l’anéantissement de la Majesté de NOTRE Souveraineté de peuple démocratique foulée aux pieds de par l’absence de référendum seul capable de valider par un OUI, pareille application étatique au Québec.

Tant et aussi longtemps que nos chef,fes dont vous êtes, se mettront en avant en lieu et place de mettre en avant La Majesté du Peuple Souverain que nous sommes, la force de La Majesté de la Couronne ILLÉGITIME autocrate canado-britannique ne pourra que très facilement écraser La Majesté démocratique du Peuple Souverain que nous sommes. Vous, Aussant, PKP, et autre Bouchard, Landry et Marois, aurez beau être tout souriant, tout plein de force, d’atouts, de bagou… RIEN n’y fera… vous n’êtes pas intangibles, vous n’êtes pas intemporels, vous n’êtes pas des Institutions ; vous êtes mortels ; vous êtes tout ce qu’il y a de temporel, de circonstanciel, d’accessoire ; votre force n’est rien Majesté au regard de celle de la Couronne canado-britannique…

Par contre, celle du Peuple, celle de La Majesté du pouvoir Souverain du Peuple, celle de la Souveraineté du Peuple démocratique, celle de La Majesté de la DÉMOCRATIE elle-même dotée des Ors de la République, est en mesure à elle seule de se hisser de plains-pieds au niveau de l’intangible et intemporelle Majesté de la Couronne canado-britannique. D’autant quand cette Couronne a le malheur indigne d’en être réduite à s’imposer au Québec de force et d’autorité impériale par-dessus la tête démocratique du Peuple Souverain du Québec, contre son libre Bon Plaisir Souverain, ce qui ne fait pas sens démocratique ; d’autant, quand cette soi-disant Majesté en est réduite à s’imposer à coup de basses et triviales menaces de représailles économiques, politiques, culturelles et identitaires. Cette Majesté canao-britannique s’en trouve donc non seulement réduite à l’indignité, mais au caractère temporel fini de sa durée qui ne saurait durer en tel État de contrainte anti-démocratique. Une indignité aussi honteuse que démocratiquement funeste, aussi disgracieuse que parfaitement ILLÉGITIME. Cette Majesté canado-britannique achève de s’abîmer dans le contraire de ce qu’engage l’image même de la force démocratique pour peu bien sûr que son illégitimité soit mise en évidence par qui d’autres que vous, nos chef,fes. Cet effondrement de La Majesté de la Couronne canado-britannique assure la victoire de la force irrésistible de l’irréductible Majesté DÉMOCRATIQUE que l’on décide d’endosser en mettant de l’avant la Majesté démocratique du Peuple.

Comment met-on de l’avant La Majesté de La Souveraineté du Peuple ?

Il faut pendre exemple sur de Gaulle pour répondre à cette question. Lui, qui a incarné à lui seul dès le 18 juin 1940, La Majesté de la République Souveraine du Peuple Souverain de France, nous a tracé la voie le 24 juillet 1967 en s’écriant le « VIVE le Québec LIBRE ! » Le pendant du cri qui terminait ses appels à la LIBÉRATION de la France en juin 1940, VIVE la France LIBRE !

Il a tracé la voie, sauf que René Lévesque lui a tourné le dos 4 mois plus tard en lançant en novembre de la même année le MSA | Mouvement Souveraineté-Association qui prévoyait que l’on s’associe à un État de clair déni démocratique sans prévoir appeler Le Peuple à le Renverser comme il se doit, puisqu’il s’impose sans OUI au Québec, sans avoir obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es. Le corrollaire étant la gouvernance collabo de cet État de clair déni démocratique canadian qui a cours ici depuis 256 ans et depuis 47 sous gouvernance collabo soi-disant souverainiste qui se trouve à fouler aux pieds La Majesté de la Souveraineté démocratique du Peuple cependant que l’on VALIDE La Majesté usurpatrice de la Couronne indigne du Royaume canado-britannique du Canada.

Quand on y pense, ça n’a aucun sens… mais on n’y pense pas…

Comme n’y a pas pensé Jean-François Lisée en écrivant le discours d’un OUI gagnant comme me l’a révélé M. Parizeau le 6 juin 2009 qui n’était pas d’accord avec ce libellé. Ce discours qui lui a fait dire : « Le peuple québécois, par son vote majoritaire aujourd’hui, vient d’affirmer au monde qu’il existe. ( … ) Aujourd’hui, donc, les Québécois ont décidé de devenir souverains. »

Est-ce à dire que, dans son esprit à ce moment-là et puisque le résultat du référendum est NON, Le Peuple du Québec n’existe pas ? Il n’existe forcément pas puisque le résultat du référendum est un NON gagnant ( puisque le OUI permet au peuple d’affirmer au monde qu’il existe, il affirme au monde par son NON qu’il n’existe pas ! )…

Ce qui n’a aucun sens… Il faut donc comprendre que Le Peuple Souverain du Québec existe, pré-existe à l’État qu’il fonde. Ce n’est donc pas l’État qui fonde Le Peuple, mais l’exact contraire, c’est Le Peuple qui fonde l’État du Peuple. Ce qui change tout. Ce qui oblige de RECONNAÎTRE maintenant l’existence et la souveraineté du Peuple démocratique. Comme l’ont fait les démocrates des Lumières… Comme nous y invitait à le faire à ma suggestion Guy Laforest en 1995 dans Le Devoir « L’Existence et la souveraineté du peuple », 26 mai 1995, p. A-10.

Quand j’en ai parlé à M. Parizeau le 6 juin 2009, il n’a pu qu’en convenir… nous reste à comprendre ce qui s’en suit…

À savoir, rompre, comme de Gaulle l’a fait à compter de juin 1940, toutes choses égales par ailleurs, rompre avec la gouvernance collabo qui ne fait que valider La Majesté de la Couronne illégitime canadian qui s’impose sans OUI au mépris de l’esprit et de la lettre de sa propre loi dite de la clarté ; rompre avec la gouvernance collabo qui ne fait que fouler aux pieds La Majesté de la Souveraineté démocratique du Peuple ; que traîner dans la boue néo-AUTOCRATE, La Majesté de la Démocratie elle-même.

Il faut donc rompre avec René Lévesque, et endosser le modèle Johnson / de Gaulle… Il faut en quelque sorte revenir sur nos pas, pour emprunter le seul chemin possible pour un peuple vivant sous occupation autocrate qui s’impose par-dessus sa tête constituante démocratique, à savoir, faire ce qu’il faut pour lui donner l’occasion historique de RENVERSER la Couronne et Sa Majesté pour y placer La Majesté de son Pouvoir Souverain radicalement démocratique.

Nous avons cru utile et plus rapide de faire l’économie de tel Renversement… après 47 ans de déboires, force est de constater, pour les économistes, que l’économie en question est tout sauf fertile, productive, elle ne fait en fait que perpétuer le Régime, que lui donne les moyens de se perpétuer à même notre propre contribution qui VALIDE cet État de clair déni démocratique…

Modèles-2

En 2011, Jack Layton a bien posé le problème

Le problème, c’est que nous n’avons pas répliqué comme nous aurions pu le faire… à charge de se décider à le faire MAINTENANT…

Jamais les conditions n’ont été plus favorables…

Le Soleil -Jean-François Cliche-26 avril 2011 à 15h05 | Mis à jour à 21h15| Le Québec vole la vedette

« le leader néo-démocrate Jack Layton a déclaré mardi lors de son passage à Montréal que « nous avons un problème historique : le quart de la population, le peuple du Québec, n’a jamais signé la Constitution. C’est une fracture importante dans notre histoire politique et dans notre contexte politique qui devra être abordée un jour »

Manifestement les stratèges du NPIDI avaient pris connaissance de mes analyses, normal je les avais transmises à mon ami Raymond Côté ( Collectif de Québec pour la paix ) à l’époque candidat du NPIDI dans Limoilou, aujourd’hui toujours député du NPIDI.

« C’est une fracture importante dans notre histoire politique  »

Jack Layton


C’est le comble…
C’est le NPIDI qui dit ça alors que vous, Gilles Duceppe, vous êtes resté coi ! Et l’on s’est étonné que le NPIDI ait pu surfer sur une vague orange déferlante tsunamique

Voici ce que je vous écrivais à l’époque M. Duceppe, et qui est toujours de brûlante actualité…

Il nous faut cesser de surfer ! Il nous faut MAINTENANT aller en profondeur ! Il faut que le BLOC se COMMETTE !

Il lui faut s’ENGAGER à se situer dans l’État, là où se trouve le VRAI pouvoir SOUVERAIN de ce peuple, à savoir, et pour commencer… dans la RÉUNION de TOUTE sa députation à réunir sous CONSTITUANTE BICAMÉRALE…

Il serait temps que les stratèges du Bloc lisent ce qu’ont lu les stratèges du NPD…

« M. Layton n’a toutefois pas précisé d’échéance, disant que des «conditions gagnantes» devraient d’abord être créées.  »

NOUS nous pouvons les PRÉCISER ces ÉCHÉANCES… Nous NOUS POUVONS le FAIRE, si nous VOULONS le FAIRE…

Nous POUVONS les créer ces « conditions gagnantes »… en CESSANT de TOLÉRER que soit NIÉE la SOUVERAINETÉ du PEUPLE…

En mettant de l’avant la DÉMOCRATIE et la PRIMAUTÉ effective de la souveraineté du peuple. Nous pouvons le faire MAINTENANT et AVANT le 2 MAI, en nous ENGAGEANT à appeler le peuple souverain du Québec à se prononcer. En faisant l’UNION de nos forces DÉMOCRATIQUES. En faisant l’UNION de NOTRE députation, JAMAIS réunie. En nous ENGAGEANT à la réunir sous CONSTITUANTE BICAMÉRALE cette députation qui est NÔTRE, pour qu’elle se RÉCLAME de la primauté DÉMOCRATIQUE de la SOUVERAINETÉ du PEUPLE. Là est le POUVOIR du PEUPLE. Là est son VRAI POUVOIR. Ce qui engage la mobilisation de TOUTES nos forces souverainistes, endormies, parce que privés d’enjeux cruciaux. Le RÉVEIL ne peut se faire que sous ENJEUX clairs. L’ENJEU de l’OBJECTIF 101.

Pour rompre l’ÉQUILIBRE de BLOCAGE en faveur de la SOUVERAINETÉ du PEUPLE.

À la dissolution de la Chambre des communes d’OTTAWA, sur les 200 député,es du Québec, 125 proviennent de l’Assemblée nationale du Québec et 75 du Parlement d’Ottawa : 100 sont du PQ, du Bloc et de QS, et 100 sont du PLC, du NPD, des Conservateurs, du PLQ, et de l’ADQ. C’est l’équilibre de blocage. Le 2 mai, un vote en bloc pour le Bloc peut ROMPRE cet équilibre du blocage en faveur de la souveraineté DÉMOCRATIQUE du peuple du Québec et donner une MAJORITÉ à la primauté de la souveraineté du peuple ou donner une majorité aux forces canadianisatrices du statu quo de blocage qui paralyse le corps politique du Québec depuis trop longtemps.

Or, M. Duceppe manifestement vous m’aviez lu…

Élire 101 député,es DÉMOCRATES !

Appelé à préciser ses attentes, M. Duceppe a indiqué qu’il souhaite l’élection de 101 députés souverainistes [à la Chambre des communes et à l'Assemblée nationale] afin d’obtenir la majorité des sièges provinciaux et fédéraux au Québec.

Duceppe galvanise les troupes péquistes et fait réagir ses adversaires ICI-RC dimanche 17 avril 2011 à 19 h 51

Sauf que… le reste n’a pas suivi…

Comment s’y prendre aujourd’hui pour que le reste suive ?

Il faut faire l’UNION au Québec de toutes les forces démocratiques citoyennes et politiques du Peuple Souverain du Québec sous vraie Coalition multipartite autour d’un Programme COMMUN d’État démocratique républicain qui met de l’avant La Majesté de la Souveraineté du Peuple du Québec… à charge pour nous de nous gouverner en conséquence, pour une fois…

Un Bloc DÉMOCRATE républicain Québécois !

Ce qui permet de se refléter à Ottawa, sous la bannière unique d’un Bloc DÉMOCRATE québécois.

 

 

BDQ-logo-T2

Ce qui permet de confronter tous les DÉMOCRATES à l’obligation d’en finir avec la gouvernance collabo et la validation de la NÉGATION de la Souveraineté démocratique du Peuple, autant celle de la droite que celle de la gauche néo-AUTOCRATE canadian des Libéraux, des Conservateurs ou du NPIDI qui VALIDE l’État de clair déni démocratique canadian.

FINIES les FOLIES !

C’est aujourd’hui qu’on confronte les néo-AUTOCRATES du NPIDI ! C’est à partir de désormais qu’on confronte la gauche citoyenne et syndicale québécoise à ce qu’engage le respect le plus élémentaire de la DÉMOCRATIE !

Le Fonds de solidarité FTQ qui prend parti pour le NPIDI, ce n’est pas admissible… pas tant et aussi longtemps que le NPIDI va valider l’État de clair déni démocratique canadian.

Bloc-Syndicats-2

Fini l’appui au NPIDI qui refuse d’endosser un Programme COMMUN d’État démocratique républicain conséquent sous prétexte de gouvernance de gauche. Il n’y a, ne doit y avoir, de gauche que DÉMOCRATE. Pas question de valider une gauche néo-AUTOCRATE canadian qui valide l’État illégitime canadian qui s’impose sans OUI au Québec.

Le Chef du Bloc DÉMOCRATE républicain du Québec doit confronter les dirigeant,es des syndicats du Québec et du Fonds de solidarité FTQ !

Ce qui ne manquerait pas de faire pression sur le NPIDI, pour qu’il soit vraiment néo-DÉMOCRATE, et non plus néo-AUTOCRATE !

C’est aujourd’hui que s’achève la collaboration avec ce qui NIE la primauté démocratique de la souveraineté constituante du Peuple.

Il faut répliquer et contrer tout ce qui, mine de rien, participe directement ou indirectement à la NÉGATION de la Souveraineté démocratique constituante du Peuple Souverain du Québec.

 

Bloc-Syndicats

Du coup, les VRAI,ES néo-DÉMOCRATES pourraient surgir du néant pour faire FRONT commun démocratique républicain avec le Bloc DÉMOCRATE républicain québécois, pour mettre de l’avant ce qui RESPECTE la Souveraineté constituante des Peuples Souverain du Canada et du Québec, Premières nations comprises.

 

, , , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire