JFL fier partisan de la gouvernance «collabo» ! « Le moment JFL » permet d’en finir avec elle !

JFL-Laurier

Lire aussi :

JFL, les Caribous et la rivière démocratique Québec perpétuellement en crue,
inondée sous les flots du barrage autocrate canadian !

JFL fier partisan de la gouvernance « collabo » provincialiste capitulatrice

Collabo : ( Wiktionnaire )

Adjectif

collabo \kɔ.la.bo\ masculin et féminin identiques tiré de collaborationiste

  1. Qualificatif d’une action, en l’occurrence, « collabo » ( collaborationniste ) : une action posée, une politique, une manière de faire dans le cadre d’une politique collaborationniste du type de celle prévalant en France entre 1940 et 1944
         – « Le zèle collabo d’IBM-France » Libération

Nom commun

collabo \kɔ.la.bo\ masculin et féminin identiques tiré de collaborateurs (synonyme de second, aide, adjoint, …)

  1. (Péjoratif) Personne ayant collaboré avec l’ennemi de sa patrie en temps de guerre ( dont: donner des informations ) ex : pendant la Seconde Guerre mondiale : cf La collaboration en France (1940-1944) via Wikipédia ; pendant certains conflits africains ; pendant la guerre en Afghanistan.
  2. Le terme peut désigner toute personne s’associant à une idée ou à un individu jugé néfaste.

Toutes choses égales par ailleurs, nous sommes en guerre contre un État de clair déni démocratique canadian qui s’impose au Québec sans OUI référendaire par-dessus la tête démocratique constituante et politique du Peuple Souverain du Québec. Jean Pelletier, pendant la Commission Gomery, a bel et bien affirmé ouvertement que nous étions en guerre, comme le rapporte aussi Gilbert Lavoie dans Le Soleil du 14 janvier 2009 Dion n’est pas le père de la loi sur la clarté référendaire :

« L’ancien chef de cabinet de Jean Chrétien [ Jean Pelletier ] raconte également que le gouvernement canadien a totalement ignoré le comité du Non pour se lancer dans la bataille référendaire en 1995, lorsqu’il a constaté que les souverainistes étaient sur le point de l’emporter. « Dans la guerre, on ne se demande pas si les munitions sont payées, on les tire », a répondu M. Pelletier, en réponse à une question portant sur la conformité du financement du grand love-in fédéraliste de Montréal, avec la loi québécoise sur les référendums. »

Voir aussi la vidéo « Le référendum de 1995, le Canada est en guerre contre le Québec! » Jean Pelletier Gilbert Lavoie |  2m59 « C’était comme une guerre, pi quand t’es dans une guerre, j’imagine que tu demandes pas la permission pour mettre ta cartouche dans le fusil. » ( pour justifier le fait qu’Ottawa ne s’est nullement soucié de respecter les lois référendaires du Québec et ce, en vertu du pouvoir impérial canadian de la Couronne de désavouer les lois des Assemblées législatives des provinces du Canada quand bon lui chante, guerre ou pas ).

Le fait de former des gouvernements qui acceptent d’être gouvernés par une loi constituante canadian qui n’est pas celle du Peuple et qui n’a jamais été soumise à l’aval référendaire des Québécois,es, se trouve à participer ( collaborer ) à la NÉGATION de la souveraineté constituante et politique du Peuple ; c’est un fait indubitable, c’est une évidence, cette collaboration c’est de la « gouvernance collabo » ! Sinon, qu’est-ce d’autre ?

Si ce qualificatif choque, ce n’est que salutaire, ce n’est que l’écho du caractère choquant de l’État de clair déni démocratique canadian qui s’impose comme si de rien n’était par-dessus la tête démocratique constituante et politique des Québécois,es, tel que dénoncé par le cri de Charles de Gaulle VIVE le Québec LIBRE ! qui a affirmé à la face du monde libre que l’État du Canada était de même nature illégitime autocrate que celui qu’il appelait à renverser en juin 1940 en terminant ses appels à la LIBÉRATION par un cri de même facture et nature VIVE la France LIBRE ! ( cf Appel du 22 juin 1940 ). Salutaire, parce que ce choc sonne l’heure du réveil, 

Thèse / antithèse

  • Référendum perdu d’avance !?
        … tout dépend de la question posée ; faut renverser le fardeau de la preuve et mettre aux voix l’État présent ;
  • Se débarrasser des libéraux ; ensuite renverser le régime !?
         …. renverser le Régime nous débarrasse des libéraux, d’une pierre deux coups ;
  • Nier la souveraineté du Peuple et mettre de l’avant la souveraineté de l’État !?
        … mettre de l’avant la souveraineté démocratique constituante du Peuple sans nier la souveraineté de l’État du peuple ;
  • Collaborer en validant l’État illégitime actuel du Canada sans OUI !? PANTOUTE…
        … rompre avec la gouvernance collabo gouvernée par une loi constituante cdian qui n’a pas le clair OUI référendaire des Qbcois,es ;
  • Un osti be bon gouvernement ; tous les partis le promettent ;
         / une coalition multipartite de super gouvernement de libération démocratique républicaine nationale ;
  • etc…

Mon ancien patron, le très regretté Jacques Parizeau, ne s’est pas gêné pour nous répéter de bien suivre sa recette quasi gagnante d’octobre 1995.

JFL | facebook | 17 mai 2016 8h15 |


Suivre une recette « quasi gagnante » c’est cuisiner un plat perdant…

Voir aussi Jacques Parizeau désavoue JFL  :
Ma singulière rencontre avec Jacques Parizeau du 6 juin 2009

 

« Jean-François Lisée remporte cependant la palme du chemin qui ne mène nulle part. »

Cf Josée Legault « La capitulation tranquille de M. Lisée »

| JdM JdQ | 2016 05 17

 

JFL fier partisan de la gouvernance « collabo » provincialiste capitulatrice

Toutes choses égales par ailleurs, c’est comme si de Gaulle en juin 1940 avait rejoint le gouvernement d’exception collabo de PÉTAIN/Laval en affirmant pouvoir y préparer la libération de la France… c’est un non sens cognitif, un non sens de simple logique, un non sens politique, un non sens historique et un non sens tout court qui n’échappe pas à l’intelligence politique du Peuple… 30% ne se déplace plus pour voter dans un tel état de dissociation cognitive politique.

Une imposture tout entière résumée dans le premier paragraphe du texte du candidat JFL à la chefferie du PQ…

« Pourquoi voulons-nous l’indépendance pour les Québécois ? Parce que nous aimons à ce point le Québec que nous le voulons libre, ambitieux, épanoui.  »

NON PAS ! Nous voulons l’indépendance du Peuple pour que l’État qui s’applique à SON territoire national soit « entièrement dépendant du Peuple », comme l’a déjà justement observé Louis-Joseph Papineau en 1839… Nous voulons l’indépendance du Peuple parce que nous sommes démocrates.

« Et parce que nous aimons le Québec, nous rageons de le voir gouverné par des libéraux qui l’affaiblissent en imposant leur austérité et leur incompétence à nos enfants, à nos soins de santé, à nos régions, à nos sièges sociaux, à notre économie, à notre langue et à notre identité même. »

NON PAS ! Nous aimons le Québec, nous aimons Le Peuple Souverain du Québec, et nous rageons de voir s’imposer un État canadian de force et d’autorité impériale au Québec sans jamais avoir été soumis l’expression de la Volonté libre du Peuple, puisque jamais les Actes constituants de cet État canadian de clair déni démocratique n’ont été soumis à référendum, ce vide démocratique contamine bien sûr l’ensemble de la vie politique, y compris, en faisant en sorte qu’un gouvernement est tenu pour majoritaire alors que 71% des électeur,trices n’ont pas voté pour lui.

Former un bon gouvernement dans un tel État de déliquescence autocratique est un leurre qui a prouvé depuis 257 ans son infertilité débilitante, et qui depuis 60 ans n’a fait que valider la négation de la Souveraineté constituante et politique des Québécois,es. De soi-disant souverainistes n’ont cessé de valider la négation de la souveraineté du Peuple… une incongruité structurante… qui n’échappe pas à la sagacité du Peuple.

Certes, il faut que la majorité démocrate prenne le pouvoir contre la minorité autocrate canadianisatrice, mais suffit pour cela de faire l’UNION de toutes les forces démocratiques citoyennes et politiques du Peuple Souverain du Québec, pour que la majorité puisse battre la minorité, une UNION démocratique sous Coalition multipartite autour d’un même Programme d’État qui transcende les concurrents programmes de gouvernance provincialiste collabo des partis et qui rompt avec elle.

« Le Parti québécois a une tâche essentielle : faire l’indépendance du Québec. Quand ? Le plus vite possible. Il a aujourd’hui une tâche immédiate : débarrasser le Québec du gouvernement libéral le plus toxique qu’on ait connu. »

FAUX dilemme ! Il n’y a pas une telle chose que deux espaces-temps démocratique… Un espace-temps immédiat et un espace-temps du plus vite possible…

CQFD ( en paraphrasant JFL )

Le PQ a une tâche immédiate & essentielle : participer à la formation d’une Coalition multipartite démocrate qui prend le pouvoir pour débarrasser le Québec de l’État illégitime canadian ; ce qui essentiellement a pour effet immédiat de débarrasser le Québec du gouvernement libéral le plus toxique qu’on ait connu…

Un gouvernement est ou n’est pas démocrate ; ça ne peut pas être les deux… ; c’est soit l’un, soit l’autre… Ainsi, dans l’État illégitime autocrate canadian, un gouvernement qui accepte de gouverner Le Peuple alors que le gouvernement accepte d’être gouverné en vertu d’Actes constituants qui ne sont pas ceux du Peuple, se trouve à fouler aux pieds la souveraineté constituante du Peuple et par conséquent à fouler aux pieds la démocratie elle-même.

Ce qu’avait bien compris de Gaulle en juin 1940. Ce pourquoi il a refusé la gouvernance collabo. Ce pourquoi il a refusé de former un gouvernement qui accepte de se gouverner en conséquence d’une loi constituante qui n’a  jamais été validée par Le Peuple. Ce qu’il est venu nous redire en juillet 1967 en s’écriant VIVE le Québec LIBRE !

Que le gouvernement libéral soit toxique est une chose ; ce qui l’est encore davantage cependant, c’est la toxicité structurante d’un État du Canada qui s’impose au Québec en NIANT la primauté démocratique de la souveraineté constituante du Peuple, et ce n’est pas en formant un gouvernement qui VALIDE telle contamination toxique qu’on va éliminer la contamination… on ne fera qu’assurer son développement, que favoriser son envahissement constant dans l’ensemble de ce qui nous fonde et constitue… 

Les Québécois,es le savent bien, ce n’est pas pour rien que le Parti Québécois ne parvient pas à emporter l’adhésion des Québécois,es ; ce n’est pas pour rien que 30% des Québécois,es ne se déplacent plus pour voter… ce n’est pas en promettant un bon gouvernement comme les autres le font qu’on va emporter cette adhésion… ça, on l’a déjà fait… ça n’a pas marché… ça ne fonctionne pas… le mêmes causes produisant les mêmes effets ne pourront que VALIDER la négation de la souveraineté démocratique des Québécois,es.

De Gaulle n’a pas dit, il faut immédiatement renverser le gouvernement collabo PÉTAIN/Laval… pour ensuite… chasser « le plus vite possible » les nazis de la France… L’Histoire lui a donné raison… 

Récompenser le fatalisme débilitant

« On les sait très majoritairement réfractaires à la tenue d’un référendum (ou de toute démarche vers la souveraineté). »

Bien sûr que OUI… dans l’État de division des forces soi-disant souverainist ; qui voudrait faire l’indépendance dans un tel état de faiblesse…?

Est-ce que dans un contexte où il est question de rendre effective la souveraineté démocratique du Peuple, Le Peuple réagirait de même… ? Certainement pas, mais encore faut-il lui présenter une telle avenue politique…

« Le (ou la) chef que choisiront les membres du PQ cet automne n’aura que 24 mois avant l’élection de 2018. Croit-on que n’importe lequel des candidats en lice pourrait réaliser en deux ans ce que Jacques Parizeau a mis quatre ans à préparer ? Pas moi. »

Ce qu’il faut préparer ce n’est pas un référendum sur la souveraineté de l’État mais sur la souveraineté du Peuple, sur la démocratie… on peut le faire en moins de 24 mois… Pour ça, il faut d’abord mettre en place l’UNION des démocrates, sous Coalition multipartite… autour d’un même Programme COMMUN d’État démocratique républicain. Jacques Parizeau a dû composer avec la division, c’est elle qui faisait défaut… c’est la division qui a plombé son élan. Si on parvient à la faire cette union d’ici les prochains 12 mois, nous aurons 12 mois pour préparer l’élection d’un gouvernement de libération démocratique nationale qui mettra Le Peuple au Pouvoir, pour proclamer par référendum INVALIDE au Québec tout État qui n’a pas, tel l’État ILLÉGITIME du Canada, sollicité et obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es.

Ça passe ou ça casse. Ou bien les Québécois,es valident un État du Canada qui s’impose sans OUI, ou bien il,elles INVALIDENT un tel État de clair déni démocratique. On cesse de participer à la validation par défaut d’un État canadian incapable d’obtenir le clair OUI du Peuple… des incapables… des impuissants… qu’il faut cesser de craindre… qu’il faut pousser dans leurs derniers retranchements en renversant le fardeau de la preuve, le contraire de leur laisser toute la place et le champ libre…

La dissociation cognitive collabo

« Bref, les Québécois sont plus réfractaires à une tentative de réalisation du projet que lorsque M. Parizeau, dont j’étais le conseiller à ce moment et sur cette question, a fait la grande tentative de 1995. Il m’apparaît illusoire de penser renverser cette tendance en seulement deux ans. »

FAUX, archi faux… sauf si on refuse de faire les distinctions cognitives qui s’imposent…

± 41% des Québécois,es sont aujourd’hui en faveur de l’indépendance pure et simple… ( c’est la question qui est posée dans les sondages ).

En 1995, une telle question n’a jamais obtenu plus de 27%… et la « Souveraineté-partenariat » n’obtenait que 40%… En 2016 l’indépendance pure et simple est à 40% et nous serions incapables de gagner un référendum qui proclamerait INVALIDE au Québec tout État qui n’a pas obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es ; qui mettrait au pouvoir Le Peuple ? Soyons sérieux…

« L’autre réalité est qu’il est impossible de définir et de dégager, en 24 mois, des consensus sur l’ensemble des questions relatives au projet d’indépendance et de faire largement connaître ces consensus. »

FAUX !

On peut s’entendre sur un même Programme COMMUN d’État démocratique républicain qui permet au Peuple de se prononcer sur 2 Actes constituants primordiaux quant à l’État concret présent, pour l’INVALIDER, et quant à l’État républicain devant succéder à l’effondrement de l’État présent. Suffit de le vouloir, suffit de cesser de tenter de mettre au point un Programme COMMUN de gouvernance… ça, on ne peut pas de gauche à droite s’entendre sur la gouvernance, mais entre démocrates, on peut s’entendre sur la démocratie, sur l’État démocratique républicain devant supplanter l’État autocrate canadian actuel.

« Nous présenterons aux femmes et aux hommes du Québec en 2018 la proposition d’un gouvernement national progressiste, écologiste, intègre, efficace, soucieux de faire progresser notre identité et la laïcité de nos institutions, rétablissant l’éducation au rang de priorité, redynamisant l’économie des entrepreneurs, privés et sociaux, en métropole et en régions, intégrant à nouveau la société civile dans la décision collective et cent choses encore. »

QS fera la même chose, l’ON et les Verts aussi, de même que la CAQ… la division des démocrates fera le reste… on est au beau fixe de l’impuissance électoraliste débilitante… Mon programme pisse plus loin que le tien… la belle affaire déprimante que voilà… cependant que tout ce beau monde participera à la négation de la souveraineté constituante du Peuple… une contradiction irréductible et mortifère…

« L’objectif vers lequel nous devons tendre nos forces, c’est celui de présenter aux Québécois, en octobre 2022, une proposition indépendantiste réfléchie, sérieuse, complète et crédible. »

Pauline Marois ne disait pas autre chose… et où en sommes-nous ? Nulle part… sinon, au même point… en pures pertes procrastinatrices et velléitaires…

On peut présenter en 2018 dans l’UNION des forces démocratiques citoyennes et politiques de ce peuple une proposition démocratique réfléchie, sérieuse, complète et crédible qui donne sans condition ni délai aux Québécois,es  l’occasion de décider… de se prononcer non pas seulement sur l’État idéal abstrait à venir, mais sur l’État concret très présent du Canada qui s’impose sans OUI au Québec… ce qui nie la primauté démocratique de la souveraineté du Peuple.

L’avantage de la proposition de Jean-François Lisée est de documenter noir sur blanc l’incongruence systémique d’une vieille politique politicienne qui permet d’étirer sur 3 élections la promesse de construire un pont même quand on est au pouvoir… et quand on est dans l’opposition on peut étirer la sauce sur un nombre indéfini d’élections… Une première élection pour promettre qu’on va bâtir le pont ; une deuxième élection pour promettre qu’on va achever les plans pour bâtir le pont ; une troisième fois pour promettre qu’on va utiliser les plans pour le bâtir… Il n’y a pas plus électoraliste que ça… ici, on carbure à la peur de la défaite référendaire, on récompense le fatalisme débilitant, pour que rien ne change concrètement…

L’avantage de cette mise en abime est de pouvoir lui opposer ce qu’il faut pour en finir avec elle… est de pouvoir en profiter pour choisir non pas le fait d’être complice de la négation de la souveraineté démocratique du Peuple, mais son contraire… la DÉMOCRATIE, que ça, tout ça… en toute congruence radicalement démocratique.

Le réel politique

Pauline Marois, appuyée par Jean-François Lisée, a promis la même chose… Et, la réalité étant ce qu’elle est… l’enfer étant dans les détails… l’État illégitime du Canada étant validé par ceux-là même qui prétendent vouloir en finir avec lui, les choses ne se passent jamais comme on l’espère… la stupidité faisant le reste… il ne saurait en être autrement avec les promesses de JFL aujourd’hui… sa procrastination jovialiste illogique ne pourra que produire la même impasse… Au mieux, s’il l’emporte, la preuve sera très vite faite… en 2022, on saura quoi faire… si tant est qu’on ne le sache pas déjà…

Ça n’est juste pas vrai qu’un gouvernement peut à la fois gouverner la province et à la fois préparer la souveraineté de l’État… Le gouvernement de l’État sous gouvernement majoritaire n’est déjà pas qu’une mince affaire, quand le gouvernement est minoritaire, comme ce sera le cas de celui d’un JFL chef du PQ, c’est pire encore, il en aura plein les bras avec la gouvernance et ce qu’elle engage, on l’a bien vu avec René Lévesque, avec Lucien Bouchard et avec Pauline Marois, n’importe quoi et son contraire, quand ce n’est pas le fait même de gouverner, ne fait au pire, que faire des mécontent,es… au mieux, ne fait que préparer sa propre chute… le monde est ainsi fait, et ça n’est pas près de changer… on change de gouvernement mais rien ne change…

 Luc Archambault

P.S.

La preuve par l’absurde

Qu’est-ce que je disais… n’importe quoi et son contraire sera invoqué pour faire dérailler le train de la « bonne gouvernance collabo provincialiste ». 

Un juron de Jean-François Lisée offense | JdQ | 2016 05 16

Pas même 12h après le lancement de sa campagne à la chefferie du PQ, les cathos s’en mêlent… pour rien, en pure perte… un choix, un détail, une décision, ne pourra que faire des insatisfait,es… pour chaque décision prise, chaque choix fait… plus longtemps on gouverne, plus s’accroitra le nombre d’insatisfaits… c’est mathématique…

Quand c’est le Programme COMMUN d’État démocratique républicain qui est mis de l’avant [ et non pas tel type de gouvernance ; et non pas telle décision prise en vertu de telle type gouvernance, plus à droite ou plus à gauche... ] c’est lui et lui seul qui prime ; c’est sa nature, son contenu ; ici : la démocratie et ce qu’elle engage… à savoir, la primauté démocratique du pouvoir souverain du Peuple ; son droit, sa capacité, son pouvoir de DÉCIDER, de déterminer ce quel État a droit ou pas de s’appliquer sur SON territoire national, et quelles types d’institutions de tel type d’État a droit de s’appliquer ; à savoir, un État démocratique qui émane de lui, qui obtient son clair OUI référendaire, et rien d’autre…

 

0-Démarche-04

 

, , , , , , , , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire