Libre constituante populaire sous dictature!? Absurdistan!

Le congrès de QS 2016 vient cette fin de semaine du 28 mai 2016 de battre une résolution qui visait préciser le mandat d’une constituante afin qu’il soit question de rédiger la Constitution d’un État du Québec indépendant… Il sera plutôt question de « de mettre sur pied une assemblée constituante dont le mandat sera de préciser la démarche vers l’indépendance »

Cf Le Devoir 28 mai 2019 Québec solidaire souligne son 10e anniversaire

C’est donc pour l’instant, le clan de Pierre Mouterde qui a gagné contre celui de Jonathan Durand Folco, du moins, on peut le penser si l’on se réfère la description que fait déjà en 2013 de cet enjeu Pierre Mouterde dans Presse-toi à gauche | La force de la Constituante pensée par QS (prise 3) | 19 mars 2013

QS-Fontecilla

Tout ça part d’une bonne et généreuse attention, mais le débat est très mal engagé parce que mal fondé.

« C’est ainsi que le gouvernement du Québec pourrait donner à la constituante le mandat d’élaborer la constitution d’un Québec indépendant qui serait par la suite soumis à un référendum de ratification, mais sans présumer du résultat final, puisque c’est précisément à cette assemblée constituante (composée dans le projet de QS d’environ 500 députés constituants)) qu’il revient d’écrire cette nouvelle constitution, de devenir ainsi le lieu même ou s’exerce « en acte » la souveraineté populaire, en somme où commencera à s’exercer cette nouvelle et véritable souveraineté populaire à l’encontre du carcan existant de la constitution canadienne (d’ailleurs jamais votée par les Québécois et enchâssée dans l’acte britannique de l’Amérique du Nord).

Autrement dit, il ne s’agit pas depuis les hauteurs gouvernementales d’imposer un projet d’indépendance clef en main, mais au contraire d’avoir la volonté de le faire surgir depuis le bas, en annonçant comme gouvernement ouvertement ses couleurs et en offrant à tout un peuple les moyens de commencer dans les faits à exercer sa souveraineté. Ici et maintenant. »

Voyons voir… !?

Une députation est élue majoritaire est en mesure de former un gouvernement ayant pour programme d’offrir « à tout un peuple les moyens de commencer dans les faits à exercer sa souveraineté. Ici et maintenant. » Le gouvernement va donc concrètement s’assurer de faire voter par l’ANQ | Assemblée nationale du Québec les lois utiles permettant d’élire une députation devant siéger à l’Assemblée constituante, qui va ouvrir un large processus constituant populaire citoyen, cependant que le gouvernement de QS va gouverner Le Peuple en appliquant son programme de gouvernance de gauche… provinciale… cependant donc, que le gouvernement va accepter de gouverner Le Peuple en vertu d’une loi constituante canadian qui n’est pas celle du Peuple, qui n’a jamais été validée par Le Peuple et qui, ce faisant, se trouve à NIER la primauté démocratique de ce que le gouvernement dit vouloir respecter à savoir, sa souveraineté constituante… ; cependant donc, que le gouvernement se trouvera à accepter d’être gouverné par une loi constituante qui n’a pas été approuvée par Le Peuple, ce qui ce trouve non seulement à NIER la « souveraineté du Peuple », mais aussi à VALIDER, cautionner, banaliser l’État et les Actes constituants de l’État illégitime du Canada qui la foule aux pieds cette souveraineté constituante.

La dissociation cognitive élevée au rang de vertu cardiale constituante !

Le gouvernement va donc se trouver dans les faits et très concrètement à NIER, ce qu’il prétend offrir au Peuple ! Il n’y a pas plus contradictoire qu’un tel avènement, pas plus déconnecté du réel politique démocratique qu’une telle dissociation cognitive qui ne fait pas sens… On ne peut à la fois prétendre rendre effective la souveraineté du Peuple et à la fois participer à la négation de cette effectivité, à moins qu’on tienne à rendre le Peuple fou…

Tout ça pour ne pas donner l’occasion au Peuple de trancher, d’user sans condition ni délai de ses pleins pouvoirs constituants démocratiques ! Mais pourquoi donc, dans quel but ?

Comment donc peut-on en arriver à telle aberration !? Comment peut-on ne serait-ce que ne pas la constater cette aberration cognitive ?

Parce qu’on est prisonnier d’une logique autocrate qui a contaminé nos esprits ; enfermés qu’ils sont dans l’impasse d’une conjecture qui nous fait prendre des vessies pour des lanternes ; victimes qu’ils sont d’un syndrome de Stockholm larvaire qui nous empêche de voir qu’on est atteint du syndrome. Et la gauche n’est pas la seule dans ce cas… l’ensemble de la classe citoyenne et politique engagée dans cette lutte de libération démocratique nationale en est victime.

Pourquoi ? Parce que l’Empire a bien su comment mettre au point un système qui piège ses victimes, et ça ne date pas d’hier, mais bien des suites que l’Empire a donné à la Rébellion des Patriotes par la voix de Lord Durham qui a su accorder l’une des demandes essentielles des patriotes, à savoir, « le gouvernement responsable » devant Le Peuple, et non plus responsable devant la seule Couronne, nommé par elle. C’était un prix à payer pour que la Couronne conserve son emprise sur Le Peuple… à savoir, abandonner au gouvernement du Peuple la gouvernance du Peuple… non sans s’assurer que la Couronne conserve par devers elle le contrôle exclusif de l’État, de ce qui le fonde, ce qui le constitue et ce qui gouverne les gouvernements qui gouvernent Le Peuple. Ce qui ne manque pas de fouler aux pieds le millénaire principe de gestion publique qui est résumé dans cette maxime latine…

Ce qui n’a pas manqué d’être compris par Louis-Joseph Papineau dans ses déclarations constituantes de 1837 et 1867 :

il n’y a de gouvernement démocratique responsable que dans un État démocratique responsable, « entièrement dépendant du Peuple ».

DELEGATUS non potest DELEGARE

Ce qui est délégué ne peut être délégué …

Un gouvernement qui accepte d’être gouverné par une loi constituante qui n’est pas celle du Peuple, qui n’est pas approuvée par Le Peuple, se trouve à déléguer à une autorité soi-disant supérieure à celle du Peuple, le droit de gouverner le gouvernement du Peuple, ce qui n’est pas admissible selon ce principe de droit millénaire ; ce qui n’est pas admissible en démocratie tout court. Le gouvernement démocratique ne doit être gouverné que par une loi constituante qui a été au moins validée par Le Peuple, à défaut d’avoir été écrite par Le Peuple… à défaut, le gouvernement se trouve à collaborer, participer, à la NÉGATION de la souveraineté démocratique constituante et politique du Peuple. Cf : JFL fier partisan de la gouvernance «collabo» ! « Le moment JFL » permet d’en finir avec elle !

Ce qu’a bien compris aussi de Gaulle en juin 1940, lui qui a refusé de participer à la formation d’un État d’exception autocrate autoproclamé sans le OUI référendaire du Peuple Souverain de France et qui permettait la formation d’un gouvernement collaborationniste PÉTAIN/Laval qui acceptait d’être gouverné par des lois constituantes qui n’avaient pas été approuvées par Le Peuple. Un certain François Mitterrand a mis 3 ans à comprendre que l’Histoire allait donner raison à De Gaulle et donner tort à la « gouvernance collaborationniste ». En s’écriant le 24 juillet 1967 VIVE le Québec LIBRE ! De Gaulle affirmait à la face du Monde LIBRE que l’État illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique était de même nature autocrate illégitime que ne l’était l’État qu’il appelait à renverser en juin 1940 en terminant ses appels à la LIBÉRATION par le pendant de ce cri emblématique repris par le FLQ dans les années soixante VIVE la France LIBRE !  Cf : La IVe et Ve République française ; de Gaulle ; la gouvernance collabo ; la France, le Québec, etc.

Rompre avec la « gouvernance collabo »

On ne peut à la fois prétendre valider la primauté de la souveraineté constituante du Peuple et à la fois poser des gestes, assumer des charges, qui la foulent aux pieds, qui la NIENT, ça n’a pas de sens, ça ne fait pas sens. Il faut être logique, congruent. De Gaulle le fut, et plus récemment, Le Peuple Souverain de Tunisie le fut lui aussi ; ils ont d’abord RENVERSÉ l’État de clair déni démocratique qui s’imposait au Peuple de force et d’autorité impériale, et ce n’est qu’après tel renversement qu’ont pu se tenir de libres processus constituants démocratiques. Il n’y a pas d’exemple dans l’Histoire montrant que peuvent se tenir avec succès sous dictature un large et libre processus constituant populaire. 

Tout ça n’a pour but que de prolonger le supplice autocrate, n’a pour but que pelleter la neige par en avant, en toute incongruïté cognitive, sous prétexte fallacieux de démocratie !

Quel est le problème ? Pourquoi tenir à refuser d’appeler Le Peuple à se prononcer sur la validité de l’État illégitime qui s’applique à son territoire national contre son libre gré, un crime de Lèse-Souveraineté populaire ? Le Peuple est Souverain ou il ne l’est pas ? Il a pleins pouvoirs démocratiques constituants de VALIDER l’État devant succéder à l’effondrement de l’État illégitime actuel mais ne les auraient pas pour I’INVALIDER ?

Et si Le Peuple le VALIDAIT cet État qui s’impose par-dessus sa tête constituante ? À quoi peut bien servir un large processus constituant si Le Peuple APPROUVE le fait que s’impose à son territoire national un État illégitime du Canada qui s’abstient de lui permettre de se prononcer ?

Pour engager un large processus constituant devant rédiger de nouveaux Actes constituants, encore faut-il faire la démonstration que les actuels sont rejetés par Le Peuple ? Qu’est-ce d’autre que l’appel à l’expression des voix référendaire du Peuple est en mesure de le faire ? Rien, sinon le fait de le prétendre… ce qui est tout sauf respecter la souveraineté constituante du Peuple…

Un large et libre processus constituant sous République démocratique

Il faut d’abord que Le Peuple renverse démocratiquement et pacifiquement l’État illégitime du Canada qu’il fonde La République démocratique du Peuple Souverain du Québec pour que puissent ensuite s’ouvrir un LARGE et LIBRE processus constituant citoyen en mesure de disposer de tout ce qui aura été hérité de 257 ans de dictature d’occupation canadian ayant foulé aux pieds la souveraineté constituante et politique des Québécois,es. 

Cette logique radicalement démocratique s’applique autant à QS, à l’ON, au PQ, qu’aux propositions constituantes citoyennes Cf : dans VIGILE.quebec mes contributions au titre suivant de Gilbert Paquette

Indépendance et course à la chefferie du PQ
Référendum ou pas référendum ?
Le bon débat ?
Chronique de Gilbert Paquette
VIGILE.quebec | 11 mai 2016

0-Démarche-04

, , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire