Ce que censure VIGILE.quebec

Ce que censure VIGILE.quebec

… je me demande bien pourquoi…

Vigile-Québec

du plus récent au plus ancien…

_____________________________________________________________

Transmis le 15 juin 2016 à 0h22, au titre suivant…

Message aux candidat(e)s à la direction du Parti québécois
Quo vadis, PQ ?
« Libérez-nous des libéraux ! » – mais de façon définitive !

Normand Paiement 14 juin 2016 3 messages

 

@ François Ricard, 14 juin 17h00

Je vous cite :

« Pourquoi le Québec s’est-il dit « non  » à deux reprises ?
Que faudrait-il faire pour que le Québec se dise enfin « oui » ?
 »

Vous avez bien raison de poser ces questions, tout part de là… Comme l’a bien compris Jacques Parizeau quand il nous les a posées ces questions dans son discours historique du 6 juin 2009 en clôture du Colloque des IPSO… J’étais là et j’ai pu en parler en privé avec lui pendant 25 minutes… Cf Ma singulière rencontre avec Jacques Parizeau.

Sauf que… Le Québec ne s’est pas dit NON à lui-même à deux reprises… le Québec a plutôt dit NON au fait de négocier la Souveraineté-association avec le Canada en 1980 ; et a dit NON au fait de proposer la Souveraineté-partenariat au Canada en 1995, NUANCE ! Elle est de taille, dans un cas, celui qu’engage votre libellé, il serait question de refuser d’être ce que nous sommes, de se dire NON à soi-même… dans l’autre, il est question de soupeser le pour et le contre dans une situation géo-politique donnée qui ne serait pas, de l’avis du Peuple, le meilleur moyen de faire valoir, protéger, et développer ce que nous-sommes.

Comme de fait, la Souveraineté-association, n’était pas nécessairement le meilleur des arrangements possibles… En fait, aujourd’hui, on peut comprendre qu’il s’agissait de nous embarquer dans un système crypto-fédéral tout aussi contraignant que celui qu’on voulait fuir… En fait, aujourd’hui on peut comprendre que l’on ne saurait s’associer à une dictature d’occupation sans d’abord prévoir la RENVERSER, comme l’a mis de l’avant et fait de Gaulle à compter de juin 1940… D’autant que par la suite, le Canada à qui l’on a voulu donner une chance de s’amender, comme l’avait promis Pierre Elliott Trudeau, a complètement erré en refusant de rédiger et de faire adopter par la Couronne britannique contrôlée par le seul Parlement de Westminster, des Actes constituants capables de satisfaire les fédéralistes-rénovateurs et autonomistes pro-Canada, du Québec qui se sont joints aux souverainistes pour RÉPUDIER unanimement l’État de clair déni démocratique imposé de force et d’autorité impériale par les Parlements de Westminster et d’Ottawa sur lesquels Le Peuple Souverain du Québec n’a pas de prise majoritaire.

Pire, les arrangements proposés pour bonifier l’offre canadian a été rejetée par référendum pour les Québécois,es en 1992 ( Référendum de Charlottetown du 26 octobre 1992 ).

Ce NON à Charlottetown n’était ni un OUI à l’État souverain du Québec, ni un OUI au statu quo canadian , mais puisque les Québécois,es n’ont JAMAIS eu l’occasion de se prononcer sur le statu quo de 1982, il s’est appliqué par défaut non sans PRIVER Le Peuple Souverain du Québec de se prononcer sur l’État concret qui s’applique à SON territoire national du Québec… et… les souverainistes, les soi-disant souverainistes, on VALIDÉ ça… la NÉGATION de la souveraineté démocratique constituante du Peuple… Et, l’on s’étonne que les Québécois,es n’accordent pas leur confiance à de telles et si inconséquentes élites soi-disant LIBÉRATRICES…

En 1995 donc, Jacques Parizeau a cru utile une nouvelle fois de faire l’économie du renversement de l’État de clair déni démocratique en pensant qu’il pourrait gagner… comme de fait il a gagné, mais par si peu ( 25 000 voix ), qu’il était finalement préférable de perdre… il est très hasardeux de fonder un pays dans un tel contexte…

Étant donné que Jacques Parizeau n’a pas mis aux voix l’État concret du statu quo que l’époque, forcément, par défaut, il s’applique…

Pourquoi ? J’opine, qu’il y a des causes internes et externes…

Causes internes, parce que liées à ce qu’on présenté et ont fait les souverainistes. Le Peuple sent bien qu’on ne peut faire l’économie du RENVERSEMENT préalable de l’État de dictature d’occupation canadian… sent bien, que l’ambivalence des élites soi-disant souverainistes est tout sauf propitiatoire pour l’État Souverain abstrait à venir… sent bien, que la division de nos forces est tout sauf un atout… Un Peuple diviser sera toujours vaincu…

Causes externes, parce que liées à la crispation autocrate impérialiste canadian. Le Peuple constate que l’État abstrait à venir du Québec Souverain est menacé de représailles économiques, politiques, identitaires, sociétales et culturelles par un État bien concret du Canada contrôlé par une ploutocratie d’affaires qui détient presque tous les pouvoirs économiques, politiques et médiatiques et apparemment bien décidée à user de telles représailles contre l’État à venir aussitôt qu’il serait créé, pour le saboter, voire l’affamer, ce qui est hasardeux, peu sûr, et à tout le moins risqué, la plus grande prudence s’impose, du moins tant et aussi longtemps que tel État de clair déni démocratique ne pose pas trop de gestes de rupture provocateurs. Comme de fait, la minorité canadianisatrice compte sur la force d’inertie du statu quo, qui ne serait pas trop dommageable, du moins c’est ce qu’il tient à professer, de tous bords tous côtés dans les médias de masse et les officines propagandistes canadianisatrices… et ça marche…

Pourquoi ? Parce que les souverainistes eux-mêmes VALIDENT tel État de clair déni démocratique… Parce que nos élites politiques soi-disant souverainistes REFUSENT de rompre avec la gouvernance collabo qui a cours ici depuis 257 ans… Normal, difficile de changer ses habitudes… d’autant que le Régime permet de très bien gagner sa vie comme parlementaire dans l’opposition ou comme ministre au pouvoir… alors qu’il est hasardeux de prévoir le RENVERSER ce Régime… hasardeux et complexe de rendre effective la souveraineté démocratique constituante du Peuple… hasardeux et complexe de faire l’UNION de ses forces sur la Raison d’État… c’est bien plus simple de « préparer » la souveraineté de l’État… on n’est tellement pas prêt… faut ceci, faut cela…

Le problème, c’est qu’on se dit souverainistes, mais on n’a aucun problème à participer la NÉGATION de la souveraineté constituante du Peuple… et on pense que Le Peuple est trop idiot, trop occupé ailleurs, pour ne pas constater telle incongruité parfaitement ILLOGIQUE… contradictoire… Or, Le Peuple est tout sauf idiot… il comprend bien que la division rend IMPOSSIBLE la constitution d’une force conséquente capable de RENVERSER l’État ILLÉGITIME du Canada. Il comprend bien que l’on ne peut à la fois former un gouvernement obéissant à une Constitution qui n’est pas celle du Peuple, ce qui NIE la souveraineté constituante du Peuple, et à la fois mettre de l’avant la souveraineté de l’État du Peuple…

Du coup, le découragement éloigne 30% des électeur,trices… dont au moins 70% est souverainiste… ce qui représente ± 20% des voix… ( les canadianisateurs VOTENT en MASSE dans leurs confortables ghettos anglos… ). Comment gagner si l’on se prive de 20% des voix en notre propre faveur parce qu’on est incapable de bien lire le réel politique qui est le nôtre ? On ne peut pas, comme de fait… on perd… et on perd… accroissant le découragement, la division… et ainsi de suite… ad infinitum

Ma question est, pourquoi REFUSER au Peuple l’occasion de se prononcer sur l’État concert présent du Canada ? Pourquoi tenir à lui refuser l’usage normal de tel droit radicalement démocratique ? Pourquoi ce faisant, VALIDER le fait que le Canada, LUI, aurait droit (inique autocrate) de s’appliquer sans OUI démocratique au Québec… ?

Faudrait trouver réponse satisfaisante à ces questions ?

 

______________________________________________________

Ce que censure VIGILE.quebec dans DÉMOCRATIE 101 9560e29fb7c05c001308353440c3281c

L’erreur de Lisée, Larose, Facal et Cie.
Défaite électorale appréhendée
Pas de victoire du PQ sans son option.

Chronique de Gilbert Paquette 5 juin 2016

@ Pierre Bourassa, 13 juin 15h48

C’est une EXCELLENTE nouvelle que les auditeur,trices de Éric Duhaime et Myriam Ségal puissent avoir accès à un discours autre que le leur… c’est salutaire, essentiel… Pas facile, mais salutaire, donc, héroïque… Bravo à Bernard Drainville…

_______________________________________________________

 

C’est savonner les sales et battre les libéraux qu’il faut faire
Non pas la promotion d’un référendum comme la marque d’un savon

Marcel Haché 10 juin 2016

@ Marcel Haché, 13 juin 10h06

Je vous cite vous adressant @ Normand Paiement.

« Voici. Imaginez le meilleur gouvernement provincial de tous les temps. Inattaquable sur l’intégrité. Capable de constituer des consensus parmi son électorat naturel. Et pour bien distinguer son électorat (et le garder), capable d’envoyer paître tout un chacun du West Island quand il le faut. Un gouvernement SOLIDEMENT installé aux commandes de l’État, même si c’est un état provincial. Le Québec est une province qui reste malgré tout un état avec de grands moyens financiers. Nous sommes une nation riche de tout un chacun d’entre nous, bien davantage que de notre géographie. Imaginez, Normand Paiement, ce qu’un pareil gouvernement, plus jaloux de son autorité que des honneurs et des limousines, ce qu’il pourrait faire sur le long pour Redresser ce qui doit l’être au Québec. Et ben ce gouvernement a déjà existé. Le gouvernement de René Lévesque a bel et bien existé selon les caractéristiques que je viens de décrire. »

Comme vous le dites, un tel gouvernement a déjà existé… et quel est le résultat ? Nul autre que ce que vous appelez « le mystère de Québec »… qui est tout sauf un mystère…

Ce qui se passe à Québec consiste à refuser la lente, mais inexorable et stupide montréalisation du Québec politique, économique, médiatique, culturel, scientifique, identitaire et immigratoire… qui partitionne le Québec…

La Révolution tranquille animée de main de maître par un natif de Montréal qui a résidé à Québec dès son plus jeune âge ; qui a fait toutes ses études à Québec, du primaire à l’université et qui est décédé à Québec ( je parle bien sûr du Premier ministre Jean Lesage), était autre chose que ce Québec coupé en deux d’aujourd’hui, hyper centralisé à Montréal, là où se trouvent TOUS les lieux de décisions qui concernent pourtant TOUT le Québec… La gagne du Plateau ce n’est pas un mythe, c’est une réalité tangible…

Québec est une ville de pouvoir, depuis sa fondation en 1608. De 1608 à 1627 et de 1632 à 1763, ce fut la Capitale de la Nouvelle-France… de 1763 à 1791, elle fut la capitale de la Province of Quebec, de 1791 à 1841, elle fut la capitale du Bas-Canada, de 1852 à 1856 et de 1859 à 1866, elle fut celle de la Province du Canada ( Canada-uni ), et elle fut pressenti pour devenir la Capitale du Canada de 1867, mais ce fut Ottawa qui fut choisie… ce pourquoi, après avoir été depuis 1608 la Capitale des États s’étant succédé ici depuis 1608, n’étant plus la Capitale de l’État qui s’applique au Québec, elle s’est nommée par dépit « Vielle capitale »… à défaut d’être… la neuve…

Québec sait depuis qu’Ottawa l’a supplanté, que LE POUVOIR est à OTTAWA, et non plus à Québec. Québec sait que le POUVOIR à Québec est subsidiaire, subordonné à Ottawa… ce que confirment les soi-disant souverainistes qui ont jusqu’à maintenant REFUSÉ de ROMPRE avec la gouvernance collabo d’un État qui NIE le pouvoir du Peuple.

Le PQ est un parti qui a été montréalisé… centralisé à Montréal… et qui a participé à la montréalisation de tout le Québec… Seul Jacques Parizeau a compris qu’il fallait changer ça… notamment en faisant en sorte que le Premier ministre qu’il était habite Québec, dans une résidence d’État… On en a fait les gorges chaudes parce que ce n’était qu’un symbole qui n’était pas appuyé sur une véritable démontréalisation du Québec, mais c’était apprécié quand même…

Le jour où un gouvernement souverainiste posera des gestes concrets pour démontréaliser le Québec ; le jour où un tel gouvernement implantera par exemple un pôle de production et diffusion de télé nationale à Québec digne de ce nom, on pourra toujours en reparler… Le jour où les soi-disant souverainistes se décideront à l’être vraiment en décidant de ROMPRE avec la gouvernance collabo qui a cours ici depuis les lendemains de la bataille du 13 septembre 1759 dans Québec à moitié détruite et occupée sous loi martiale britannique, on pourra aussi en reparler… D’ici là… Québec demeurera avec raison sceptique face à de soi-disant souverainistes qui VALIDENT la négation de la souveraineté constituante des Québécois,es…

Et… tout ce que vous trouvez de mieux à faire est de proposer exactement le contraire de la congruence souverainiste ; vous proposez de VALIDER l’État illégitime sans OUI du Canada qui NIE le POUVOIR SOUVERAIN CONSTITUANT du Peuple non sans ce faisant participer directement à la NÉGATION même de la souveraineté constituante du Peuple…

Québec est une ville de pouvoir, elle comprend que les souverainistes ne sont juste pas souverainistes puisqu’ils acceptent de subordonner le gouvernement du Peuple à une loi constituante qui n’est pas celle du Peuple… ce qui prive Le Peuple de son pouvoir souverain… ce n’est ni logique, ni conséquent, ni congruent… quand on prétend vouloir préparer la Souveraineté de l’État du Peuple…

Ce n’est pas en acceptant la NÉGATION du POUVOIR souverain du Peuple que Québec sera incité à faire confiance à de soi-disant souverainistes qui ne le sont juste pas…

_________________________________________________

@ Marcel Haché, 12 juin 19h58

Je vous cite vous adressant @ Normand Paiement, NON SANS nommer le non-dit qualifiant le référendum en question :

« Ce qui est sans doute le plus difficile d’admettre, c’est ceci : tant et aussi longtemps que le P.Q. a traîné, et traîne encore dans ses cartons, l’idée d’un référendum à venir, hâtif ou tardif [ PORTANT l’État abstrait @venir du Québec Souverain sans prévoir RÉCIPROQUEMENT mettre aux voix l’État concret PRÉSENT du Canada ILLÉGITIME ] n’a aucune importance, il n’a jamais été au Pouvoir et il ne le sera pas de sitôt. »

Pour bien évaluer la situation, il faut savoir de quoi on parle… on parle d’un référendum sur l’État abstrait à venir, non pas sur l’État concret présent du Canada…

« Tout Ottawa et tout le West Island savent cela depuis longtemps : pour faire trébucher un gouvernement séparatiste à Québec, peu importe par ailleurs le « mandat » qu’il aura obtenu de l’électorat, l’inciter alors, lui intimer et obtenir qu’il tienne un référendum [ PORTANT l’État abstrait @venir du Québec Souverain sans prévoir RÉCIPROQUEMENT mettre aux voix l’État concret PRÉSENT du Canada ILLÉGITIME ] (supposément l’expression même de la démocratie) pour surtout déplacer ainsi le Pouvoir (qu’eux, incidemment, ne veulent jamais-au-grand-jamais déplacer, malgré pourtant que leur option fasse partie du Régime). »

On peut comprendre que les partisans du Canada du statu quo s’abstiennent de soumettre à référendum les Actes constituants du Canada… parce que s’ils l’avaient fait, c’eut été NON… et ils le savent ; ils savent aussi que s’ils le faisaient aujourd’hui ce serait toujours NON… Le Canada du statu quo illégitime ne passe pas au Québec… suffit donc de l’INVALIDER. Comment !? En appelant Le Peuple à le faire, puisqu’il n’en veut pas…

Mais… vous, comme les autres partisans de la « gouvernance collabo », Vous nous dites qu’il faut continuer à former des « ostie de bons gouvernements » pour continuer encore et encore à VALIDER le REFUS du Canada de se soumettre à l’aval démocratique du Peuple… pour que PERDURE ad infinitum l’État AUTOCRATE illégitime du Canada… ( ce que nous faisons depuis 1967… ) C’est ça… !? Fouler aux pieds la souveraineté démocratique du Peuple, c’est NÉCESSAIRE pour préparer la Souveraineté de l’État… et il est nécessaire que les souverainistes eux-mêmes foulent aux pieds la souveraineté du Peuple…

PANTOUTE ! C’est tout sauf nécessaire, c’est le contraire du nécessaire, c’est cette NÉGATION même qui REND IMPOSSIBLE le renversement de la dictature d’occupation canadian…

« Sans doute que je me fais une autre idée que vous de ce qu’est le Pouvoir. Et sans doute aussi, vous ne partagerez pas mon opinion que la menace de tenir un référendum [ PORTANT l’État abstrait @venir du Québec Souverain sans prévoir RÉCIPROQUEMENT mettre aux voix l’État concret PRÉSENT du Canada ILLÉGITIME ] est bien plus dangereuse et mortifère pour la fédération canadienne que d’en tenir un. »

Nous avons la même idée de ce qu’est le POUVOIR, sauf que… vous pensez que le pouvoir de gouverner Le Peuple sous dictature canadian vaut le pouvoir de RENVERSER la dictature… c’est faux…

Ce qui serait mortifère pour l’État illégitime du Canada, serait à la fois la seule menace de tenir un référendum sur l’État concret ILLÉGITIME actuel du Canada, et à la fois le fait de tenir…

Le Canada s’effondrerait sur lui-même… c’est pourquoi il redoute tant que se tiennent des référendums… parce que le jour où il sera question d’en tenir UN qui porte sur l’État CONCRET présent actuel du Canada… c’en sera fini du Canada… et ils le savent…

Ce n’est pas pour rien qu’ils tiennent disqualifier TOUT RÉFÉRENDUM, pour ne pas que se tienne un jour celui qu’ils redoutent tant… ( The BIG ONE ) celui portant sur l’État concret PRÉSENT du Canada ayant cours légal ILLÉGITIME au Québec…

C’est leur seule bouée de sauvetage, c’est leur unique sauf-conduit… le fait que la dictature d’occupation actuelle soit VALIDÉE par les souverainistes eux-mêmes ( ça s’appelle « l’Indigénat » ou l’Indirect-rule ), ce qui les disqualifie aux yeux du Peuple. De si piètres soi-disant souverainistes ne peuvent en aucun cas être tenus pour des LIBÉRATEURS de Peuple… Normal que le Bloc et le PQ soient aux soins intensifs et sous respirateur artificiel… La forfanterie collabo ça fonctionne un temps, mais pas indéfiniment…

Et ce n’est pas Lisée qui va pouvoir changer ça… du moins pas s’il persiste à refuser de ROMPRE avec la gouvernance collabo… pareil pour les autres…

 

 

 

 

_________________________________________________

@ François Ricard, 13 juin 05h23

Un clair OUI au fait de Proclamer seule VALIDE au Québec la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple Souverain du Québec fait OUI, s’effondrer au Québec la validité des Actes constituants de l’État ILLÉGITIME du Canada actuel et créerait un nouveau pays…

Mais… il y a d’abord un autre Acte constituant à faire adopter par Le Peuple, avant même que soit engagé un large processus de rénovation constituante, d’autant si le NON devait l’emporter, puisque ce sera à nouveau le statu quo qui s’appliquera… sans que RIEN n’ait invalidé cet État sans OUI du Canada qui NIE la primauté de la souveraineté démocratique des Québécois,es, ce qui est inadmissible… intolérable, ce qui ne saurait être toléré plus longtemps.

Cet autre Acte, c’est l’Acte constituant qui Proclame INVALIDE au Québec tout État qui n’a pas obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es ; ce qui fait l’UNION de tous les démocrates, et ce, des autonomistes aux souverainistes en passant par les fédéralistes-rénovateurs qui ne veulent pas du statu quo canadian ; ce qui permet d’obtenir un fort OUI… à la hauteur de ± 64% des voix minimum… ce qui est dévastateur pour l’État illégitime du Canada, ce qui conforte un 54%, voire un 51% à la Constitution primordiale de la République démocratique du Peuple souverain du Québec, et encore plus si c’est un OUI par la peau des dents comme en 1995 pour le NON… Quoi qu’il advienne, le Canada ne pourra plus s’appliquer tel quel et la République reste toujours d’actualité pour offrir une alternative au Canada renouvelé qui sera soumis à l’aval référendaire des Québécois,es pour que succède à l’état illégitime actuel un État démocratique du Québec valide, l’actuel, subordonné à l’État illégitime du Canada ne l’est pas.

Cf : Programme COMMUN d’État démocratique républicain sous Coalition multipartite

_________________________________________________

 

@ Jacques Fournier 12 juin 2016

Merci Jacques Fournier, pour ce résumé des propositions des uns et des autres… ( aucune femme !? ) : André Lamoureux, Jonathan Durand Folco, Philippe Bernard, Simon-Pierre Savard-Tremblay, Danic Parenteau et Guillaume Rousseau.

Quoi qu’il en soit de ces propositions, le modus operandi de ce large processus constituant citoyen qu’on appelle de ses voeux doit être mis aux voix par référendum, pour que Le Peuple en décide… Pour ce faire, différentes propositions pourraient être mises aux voix dans un référendum à deux tours ( à un tour s’il n’y a que 2 propositions ), comme ce fut le cas en France le 21 octobre 1945, lors de la tenue d’un référendum à double question constituante couplée à la tenue d’élections législatives.

Mais en amont, il faut comprendre qu’il ne saurait y avoir de LIBRE débat populaire constituant sous dictature d’occupation canadian. On l’a bien vu quand il a été question de Charte des valeurs et des droits COLLECTIFS du Peuple Souverain du Québec ( l’un des volets essentiels des Actes constituants d’un État démocratique contemporain qui inclurait la Charte québécoise des droits et libertés de la personne ( droits et libertés individuelles ) ; Charte de la langue française ( droits individuels et collectifs ) ; Charte de la laïcité ; Charte de la gestion et de la régulation des flux migratoires ; etc…

L’ACTE constituant PREMIER, consiste donner l’occasion au Peuple souverain du Québec de disposer de l’État ACTUEL du Canada, pour le Proclamer INVALIDE au Québec puisqu’il s’impose au Québec sans OUI référendaire par-dessus sa tête démocratique constituante. Il serait parfaitement non seulement anti-démocratique mais aussi contradictoire de faire comme si l’État illégitime du Canada n’existait pas, comme si la Souveraineté constituante du Peuple n’était pas NIÉE par tel État, alors qu’il est for simple d’en disposer pour l’INVALIDER. Ce serait carburer à une schizophrénique dissociation cognitive débilitante qui ne pourrait que contaminer l’ensemble du processus, non sans pouvoir se prémunir contre le sabotage des partisans du Régime autocrate canadian.

C’est ce là que le bât blesse quant à la proposition de QS, pareillement quant à celles de Jonathan Durand Folco et Danic Parenteau. Prétendre rendre la souveraineté du Peuple effective au niveau des municipalités est une forfanterie dans le contexte de l’État ILLÉGITIME du Canada qui NIE la primauté démocratique de la Souveraineté du Peuple… d’autant que… les populations des municipalités ne forment pas UN Peuple… c’est celle du Québec qui forme un Peuple…

Ce qui, certes, ne veut pas dire qu’il ne faille pas mettre de l’avant la démocratisation de la vie des municipalités… dans les quartiers, voire dans telle rue… et sur l’ensemble du territoire, mais faire croire que les organisations municipales ne relèvent pas de l’ordre provincial, lui-même subsidiaire de l’ordre illégitime canadian, est une autre forfanterie.

Un processus constituant n’est pas nécessairement un processus partie d’une agitation révolutionnaire… et ce, même s’il ne peut librement se tenir qu’après le renversement d’un ordre AUTOCRATE, ( à moins qu’il ne soit question que de modifier des Actes constituants déjà validés par référendum par Le Peuple, comme le met de l’avant par exemple, pour la France de la 6e République, Jean-Luc Mélanchon).

Le processus constituant mis de l’avant par De Gaulle en juin 1946 a mis de l’avant le RENVERSEMENT de la dictature d’occupation de l’État d’exception collabo PÉTAIN/Laval, cela fait, un référendum a été organisé en même temps que des élections pour que Le Peuple décide du modus operandi de processus constituant. Il a fallu s’y prendre à 2 fois puisque la première mouture a été invalidée par Le Peuple, par trois fois en fait, puisqu’en 58, à la faveur de la guerre d’Algérie, de Gaulle a pu faire adopter par référendum la Constitution de la Ve République afin de procéder au démembrement de jure de l’Empire colonial français déjà de facto entamé par le retrait de la France de « l’Indochine » ( Vietnam ) de par la ratification des Accords de Genève le 21 juillet 1954.

S’il est question de mettre de l’avant la souveraineté du Peuple avant celle de l’État du Peuple, comme le propose Danic Parenteau, cela ne peut se faire en tolérant que s’applique impunément l’État ILLÉGITIME du Canada qui NIE la primauté démocratique de la Souveraineté constituante du Peuple Souverain du Québec puisqu’il s’applique au Québec sans OUI référendaire. On en peut sans se contredire, mettre de l’avant la souveraineté démocratique du Peuple quand s’applique à lui une suprématie autocrate étatique qui la nie…

Ne peuvent co-exister deux suprématies sur un même territoire, ne peut s’imposer au territoire national du Peuple Souverain du Québec, aucune autre suprématie que la sienne propre, et pour en décider… suffit d’appeler Le Peuple à USER de ses pleins pouvoirs démocratiques constituants pour faire s’effondrer sur SON territoire national toute suprématie autre que la sienne propre… à commencer par la canadian…

Documentation :

_________________________________________________

 

Référendum perdant JFL a raison, sauf si…
… un(e) candidat(e) à la chefferie choisit l’idée DÉMOCRATIQUE vs l’idée AUTOCRATIQUE canadian

Luc Archambault Tribune libre de Vigile | vendredi 10 juin 2016

 

@ J-F Belliard, 11 juin 09h20

Merci de me signaler le texte de Robert Barberis-Gervais, du 11 juin 2016 publié dans facebook… non pas dans VIGILE.quebec !?

Je le publie presqu’intégralement ici pour y répondre de manière circonstanciée ; je ne puis le faire dans facebook, puisqu’on a supprimé ma page perso ; je n’existe plus en tant que personne et ne peux avoir d’ami,es…


La logique circulaire de Luc Archambault

par Robert Barberis-Gervais | facebook | 10 juin 2016

Ça commence bien… ;-) Voyons voir…

« Monsieur Archambault,

Vous êtes redevenu une vedette sur Vigile. Tant mieux ! « Vedette » dans le sens de personne qui se met en évidence par son intelligence. « Vedette » aussi dans le sens de petit navire de guerre rapide équipé de lance-missiles.

J’ai quelques observations à faire qui me sont venues en lisant vos nombreux commentaires et quelques textes principaux. Et qui me rappellent des polémiques passées.

Vous avez raison de contester l’expression « élection référendaire ». Nous l’avons remplacée par « élection décisionnelle ». L’idée derrière l’élection référendaire, c’est qu’une victoire aux élections d’un parti majoritaire a le même effet qu’un référendum. Cette victoire lui donne le mandat de réaliser ce pourquoi ce parti s’est fait élire. Ainsi en 1962, l’élection fut déclenchée explicitement pour que le Parti libéral puisse réaliser la nationalisation des compagnies d’électricité revendiquée par René Lévesque. C’est comme si un référendum avait été tenu sur la nationalisation des compagnies d’électricité. Cette dernière affirmation est contestée par Claude Morin qui est un tenant du « sans référendum point de salut » et par vous, qui êtes un disciple de Claude Morin que j’ai déjà accusé de mauvaise foi sur cette question de l’élection de 1962. Car je crois que c’est avec raison que l’élection de 1962 est donnée comme exemple d’élection « référendaire ». Ce fut, en fait, une élection décisionnelle.

L’autre inconvénient de l’expression « élection référendaire », c’est qu’on impose le 50% plus un qui vient du référendum à une élection qui peut être gagnée par un parti qui n’a pas obtenu 50% et plus des votes. Alors pour remplir l’exigence du 50% du référendum, on se met à additionner le pourcentage des votes obtenus par les partis qui se disent indépendantistes comme le PQ, QS et ON. Or, lors d’une élection, on n’a pas à répondre à l’exigence référendaire du 50% et plus. Le parti qui prônerait clairement l’indépendance, s’il était élu majoritairement, disons avec 40% des votes, aurait le mandat de mettre en branle le processus conduisant à l’indépendance réelle du Québec. C’est ce que pensaient René Lévesque, Jacques Parizeau et Jacques-Yvan Morin dans une série d’entretiens donnés à Robert McKenzie dans le « Toronto Star » en 1972 et publiés par les Editions du Parti québécois sous le titre : « Comment se fera l’indépendance ». Camille Laurin le pensait aussi. C’était avant l’étapisme de Claude Morin adopté par René Lévesque et que Jacques Parizeau a accepté à contre-coeur. »

Une élection est TOUJOURS décisionnelle… elle décide de la composition de la députation siégeant à une assemblée parlementaire ou constituante, dans l’ordre national, provincial, voire aussi régional ou municipal, quand ce n’est pas pan-national comme en Europe.

Le gouvernement élu par la députation après une élection, dans ce Régime qui est le nôtre, a bien sûr mandat électoral de réaliser son programme électoral, si c’est d’engager le processus devant conduire à l’indépendance, c’est ça qui’é ça !

Quel est le problème… ?

Par contre, s’il est question de valider les Actes constituants de l’État, c’est autre chose… Une élection ne peut faire foi en ce cas, du moins pas de manière consensuelle… sauf si, c’est consensuel justement… ce pourquoi, depuis 1900 en Australie, des référendums constituants ont été tenus pour fonder le Royaume d’Australie, et pour ensuite modifier ces Actes… Pareil en Islande depuis 1918, en Irlande depuis 1937, en France depuis 1946, au Sénégal depuis 1958 etc… et comme en Tunisie depuis les lendemains du Printemps arabe…

Il y a comme… mettons, une tendance… qui n’a rien à voir avec le Canada, avec Claude Morin, avec qui que ce soit… elle est ce que les démocraties modernes développent au fil du temps pour l’être, pour ne pas être AUTOCRATE… un grand oeuvre civilisationnel en perpétuelle construction depuis ± 200 ans, depuis les Révolutions états-unienne et française… après ± 10 000 ans de culture sapienne patriarcaliste AUTOCRATIQUE inégalitaire…

Et, il ne viendrait pas à l’idée de Jean-Luc Mélanchon d’engager un large processus constituant pour fonder la 6e République sans qu’il soit question d’approuver ces Actes du fait de sa seule élection…

Enfin, je ne suis pas un disciple de Claude Morin… J’opine que Le Canada a depuis, lui-même admis qu’un État ne saurait être démocratique au Québec s’il n’est pas validé nommément par référendum par Le Peuple, via sa loi dite de la Clarté… Donc, il a admis qu’il était lui-même ILLÉGITIME au Québec puisqu’il n’a jamais ni sollicité ni obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es, en REFUSANT de s’appliquer à LUI-MÊME sa propre logique…

Ne reste qu’à l’appliquer… suffit d’appeler Le Peuple à ce faire… LUI SEUL a pleins pouvoirs démocratiques de statuer, in fine…

«  Le peuple qui est souverain a plusieurs façons d’exprimer sa volonté. Vous faites du référendum le nec plus ultra de la démocratie. Il y a aussi les élections qui sont démocratiques. Votre façon de déclarer invalide l’Etat canadien découlant de la constitution de 1982 en remontant jusqu’à la défaite des Plaines d’Abraham et de déclarer invalide toute institution que le peuple n’aurait pas approuvée par référendum a l’énorme inconvénient de remettre en question la capacité du Parlement de Québec dont les députés ont été choisis par le peuple lors d’une élection de parler au nom du peuple québécois. Dans votre logique, semble-t-il, l’Assemblée nationale du Québec est illégitime : une telle affirmation (qui est aberrante) devrait vous pousser à vous poser des questions sur votre logique. »

Bien vu… l’ANQ, l’État du Québec, n’ont de légalité ( illégitime ) qu’en vertu de la légalité ( ILLÉGITIME ) canadian. Je parle de l’institution… ANQ, de l’institution ÉTAT du Québec…

Par contre, la députation, elle, je la tiens pour démocratique et légitime. En effet, et jusqu’à preuve du contraire, elle est élue en fonction de règles démocratiques généralement acceptées dans les États démocratiques contemporaines, validés par référendum par Le Peuple.

« Ainsi, par exemple, sans faire tout l’historique de l’opposition de l’Assemblée nationale du Québec à la Constitution de 1982 de Pierre Elliot Trudeau qui a conduit ensuite tous les gouvernements du Québec à refuser de signer cette constitution, rappelons que le 17 avril 2002, à l’occasion du vingtième anniversaire du coup de force de Trudeau, les 106 députés présents à l’Assemblée nationale du Québec ont adopté à l’unanimité la motion suivante, proposée par le premier ministre Bernard Landry :
« L’Assemblée nationale réaffirme qu’elle n’a jamais adhéré à la Loi constitutionnelle de 1982, qui a eu pour effet de diminuer les pouvoirs et les droits du Québec sans le consentement du gouvernement québécois et de l’Assemblée nationale et que celle-ci est toujours inacceptable au Québec. »

L’Assemblée nationale parle au nom du peuple québécois. C’est la démocratie. »

Non pas l’ANQ… mais la députation qui y siège… nuance !

OUI, la DÉPUTATION du Peuple démocratique du Québec, parle au nom du Peuple, dans le cadre de son mandat de représentativité électorale… En refusant de reconnaître l’État ILLÉGITIME sans OUI du Canada, elle ne fait que se conformer à l’exigence démocratique qui veut qu’elle n’a de compte à rendre qu’au Peuple… à personne d’autre… Mais l’institution elle, celle de l’ANQ | Assemblée nationale du Québec, ainsi que les pouvoirs qui lui sont légalement, mais illégitimement, conférés de par les Actes constituants illégitime de l’État sans OUI du Canada, n’est pas démocratique.

DELEGATUS non potest DELEGARE

Ce refus se trouve à respecter le principe millénaire de la représentativité électorale… ce qui est délégué ne peut être délégué…

La députation a été à la hauteur ce jour-là… Lui reste à l’être le reste du temps… Elle ne l’est pas quand elle valide un gouvernement qui accepte de gouverner Le Peuple en étant gouverné par une Légalité ILLÉGITIME constituante qui n’est pas celle du Peuple, qui n’a jamais été validée par Le Peuple. On y reviendra…

Je dis par contre, que l’INSTITUTION ANQ elle, n’est que l’Assemblée législative d’une simple Province du Canada, une création du Canada, une composante de l’État du Canada subordonnée à l’État du Royaume de la Couronne canado-britannique… qui s’est arrogé de droit inique légal, mais illégitime de désavouer les lois votées par la députation d’une telle Assemblée législative provinciale… L’institution n’est donc pas légitime, puisqu’elle n’émane pas du Peuple, puisqu’elle est subordonnée à la suprématie d’Actes constituants qui ne sont pas approuvés par Le Peuple, puisqu’elle peut bafouer les votes de la députation… Ce qui fut… Le vote REFUSANT d’adhérer à l’État du Canada de 1982 a été balayé du revers de la main par la Couronne ; La Couronne n’en a pas tenu compte à l’époque et n’en a toujours pas tenu compte aujourd’hui, avec la bénédiction de la Cour Suprême de cet État ILLÉGITIME du Canada.

« Que devient l’Assemblée nationale monsieur Archambault dans votre référendisme à tout prix qui a pour conséquence que seul un référendum peut exprimer la volonté du peuple québécois ? Est-ce que l’Assemblée nationale est légitime ? Dans votre logique, il faut répondre Non à cette question. Disons, par incidence, que c’est parce que l’Assemblée nationale parle au nom du peuple québécois qu’on ne peut pas prendre la motion discréditant Yves Michaud à la légère et qu’elle mérite qu’on la combatte avec acharnement. »

Tout à fait, le vote de la députation est ignoble… comme quoi, la députation même légitime, n’est pas infaillible… Comme quoi, existent 2 chambres dans un Parlement démocratique, non pas une seule, pourquoi ? Pour préserver Le Peuple, de l’absolutisme d’une seule Chambre… Si avait existé un Sénat, élu au suffrage universel de préférence… tel vote n’aurait pas eu de portée dans l’aval du Sénat… ce qui aurait pu la rendre caduque, voire la renverser…

« Par ailleurs, vous vous exprimez comme s’il était absolument certain que la majorité du peuple québécois rejettera ce que vous appelez l’Etat invalide et illégitime canadien. Or, rien n’est moins sûr. Vous semblez oublier que ce sont les tenants du statu quo, le trio libéral Trudeau-Couillard-Coderre qui sont actuellement au pouvoir. Ce n’est pas la seule présupposition qui vous caractérise, mais c’est une des plus dangereuses avec celle qui laisse croire que l’Assemblée nationale du Québec est illégitime. »

OUI, il est absolument certain pour moi que Le Peuple Souverain du Québec dira OUI à la DÉMOCRATIE, et NON à la dictature d’occupation canado-britannique dont il ne veut pas ; dira OUI à la primauté et à La Majesté de Sa Souveraineté démocratique constituante et politique ; dira OUI au fait qu’il existe en tant que Peuple et en tant que Peuple Souverain sur Son territoire national du Québec.

Il a déjà à 50% voté en faveur de la Souveraineté de l’État du Québec… il votera à la hauteur de ± 65% en faveur de la démocratie… contre un État qui s’impose sans son clair OUI référendaire au Québec pour obliger TOUS les États à obéir à la même règle, à savoir, obtenir pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es.

Mais quand bien même, au delà de ma profonde conviction… si vous croyez que ce Peuple, dirait NON à sa propre existence démocratique… c’est que vous n’êtes pas un démocrate… c’est que vous ne voulez pas respecter la VOLONTÉ libre de ce Peuple qui déciderait consciemment et librement de tourner le dos à la démocratie en refusant d’INVALIDER un État illégitime qui s’impose sans OUI…

Faudrait savoir… !? Vous êtes pour la démocratie ou pas… Moi je le suis… au risque de voir ce Peuple affirmer qu’il répudie la démocratie… J’en conclurai que je n’ai rien à voir avec un tel peuple idiot… ( ce qu’il n’est pas… )…

Il n’est pas dangereux de s’en remettra aux voix du Peuple quand on est démocrate… ce qui est dangereux c’est de valider un régime AUTOCRATE en refusant de s’en remettre aux voix du Peuple quant à l’État PRÉSENT…

Ce n’est pas dangereux de tenir pour ILLÉGITIME l’ANQ… ne reste qu’à faire ce qu’il faut pour quelle devienne LÉGITIME… On peut le faire… n’en tient qu’à nous…

« Je terminerai par une considération sur le langage que vous utilisez pour formuler les questions qui seraient soumises au référendum. Pour le commun des mortels, donc pour la très forte majorité de ceux et celles qui auraient à voter Oui ou Non, vos formulations apparaîtront comme un jargon rébarbatif. Je sais que vous êtes motivé par une exigence de rigueur intellectuelle. Mais non seulement il y a des failles dans votre logique qui résulte d’un référendisme à tout prix et exclusif, mais il y a aussi, au niveau du langage, des problèmes pratiques quasi insurmontables. »

Le libellé des Proclamations que je propose est très simple… mais ce n’est pas moi qui vais décider… il sera ce qu’il sera, et j’en appuierai le fond et la forme, si ce que j’engage est bel et bien respecté… quel que soit le libellé…

Pour le reste de votre message… je vous laisse à votre « esprit de finesse »… non sans citer Blaise Pascal à mon tour…

« Tous les géomètres seraient donc fins s’ils avaient la vue bonne, car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu’ils connaissent. Et les esprits fins seraient géomètres s’ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie.  »

J’observe et vois le réel politique qui est le nôtre… AUTOCRATE, j’en déduis un certain nombre d’observations, de principes, de conséquences DÉMOCRATIQUES… souvent, inaccoutumés, certes… mais suffit d’observer et bien voir pour comprendre qu’on peut s’apprivoiser l’esprit à telle nouveauté DÉMOCRATE, pour peu qu’on ait bonne vue… bien sûr.

Quant à l’esprit du Peuple, il est fin et géométrique… Le Peuple (élites comprises) n’est pas idiot, il peut comprendre bien des choses que ne peuvent comprendre les esprits conformistes. Il a très vite compris ce qu’était une « Prorogation »… se faire fourrer par un gouvernement conservateur aux abois en décembre 2010… comme de fait, il a congédié le gouvernement en question… le 19 octobre 2015, et il l’aurait fait en 2011 si l’opposition n’avait pas précipiter les élections sans faire l’UNION de ses forces… Du coup Gilles Duceppe qui a précipité les élections a été congédié… Le Peuple voulait l’UNION… et il la veut encore… un UNION multipartite… du moins, c’est ce que je vois… mais bon… à vous de voir…

Ma logique n’est pas circulaire… elle est radicalement démocratique… elle engage un Renversement paradigmatique historique… Les souverainistes doivent cesser de participer à la NÉGATION de la souveraineté du Peuple… ce faisant, Le Peuple saura reconnaître les siens…

_________________________________________________

Etc… à venir…

,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire