Brexit | la démocratie en marche

 

Brexit-01

Le Brexit et le déficit démocratique de l’Europe

L’erreur de l’Europe, c’est de s’être dès le début constituée par-dessus la tête démocratique constituante des peuples de l’Europe… et ce, à partir de traités conçus par des technocrates et adoptés par les gouvernements des États membres sans être à tout le moins nommément endossés par les Peuples concernés. En 1951, la signature du Traité de Paris créa la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et ce, par-dessus la tête constituante des Peuples des États signataires ; l’Europe en paie le pris aujourd’hui, faute en somme, ne n’avoir jamais été réellement et solennellement fondée démocratiquement par les Peuples Souverains concernés.

Le Royaume-Uni intègre la Communauté économique européenne en 1973 sans que ne soit tenu un référendum. Certes en 1975 un référendum s’est tenu pour décider du retrait ou du maintien dans l’UE, mais le mal était fait… Ce que nous venons de vivre n’est qu’un épiphénomène de la culture politique technocrato-autocratique qui a présidé à la fondation de l’Europe politique que nous connaissons.

Nous, Québécois,es, pouvons tirer plusieurs leçons de ce référendum qui a mis aux voix l’État supra-national de l’Europe au Royaume-Uni. Les Écossais,es pourraient pareillement faire le même constat.

Il faut d’abord mettre aux voix l’État présent qui s’applique concrètement, non pas l’État abstrait devant succéder à l’effondrement de l’État présent… Les Peuples du Royaume-Uni ne se sont pas prononcés sur ce que devait être le Royaume-Uni hors l’Europe, mais bien sur l’Europe elle-même, sur le fait qu’elle s’impose ou pas au Royaume-Uni.

Ce n’est dès lors plus l’État abstrait à venir devant succéder au Royaume-Uni que devrait mettre aux voix les Écossais,es désormais, mais bien le fait que s’impose sans OUI en Écosse une Couronne qui n’est pas celle du Peuple Souverain d’Écosse, et ce, pour la Proclamer INVALIDER en Écosse cette Couronne d’Angleterre illégitime puisqu’elle s’impose sans avoir ni sollicité ni obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire du Peuple Souverain d’Écosse.

Pareillement au Québec, ce qui doit être d’abord mis aux voix, c’est l’État concret présent illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique pour l’INVALIDER au Québec puisqu’elle s’impose sans OUI.

Cf : DÉMOCRATIE 101

Programme COMMUN d’État démocratique républicain |

JFL fier partisan de la gouvernance «collabo» ! « Le moment JFL » permet d’en finir avec elle ! 16 mai 2016

La démocratie en marche

L’autre leçon du processus référendaire ayant dit OUI au Brexit, c’est que le standard démocratique contemporain engage plus que jamais le respect de l’expression référendaire majoritaire du Peuple ( 50% + 1 voix ), même si seulement 1,9% des voix + 1 voix a fait la différence…

Pour l’Europe, c’est l’occasion par excellence de se doter d’Actes constituants nommément et clairement validés par les Peuples Souverains des États membres ; c’est l’occasion pour cela d’ouvrir un large processus constituant populaire dans chaque État membre, pour refonder l’Europe sur des bases radicalement démocratiques. Ce qui suppose aussi l’ouverture d’un vaste chantier constituant citoyen dans pour chaque État membre… comme l’appelle de ses voeux par exemple le candidat à la présidence Jean-Luc Mélanchon ( blog | 6e République |

@ lire : Brexit: «L’UE, on la change ou on la quitte», affirme Jean-Luc Mélenchon |

EU-JLMélanchon

Une 6e République française dans une 1ière République des États-Unis d’Europe

Changer la France et changer l’Europe passe par l’ouverture d’un vaste chantier constituant citoyen radicalement démocratique dans chaque pays d’Europe, voire aussi du monde… pour que les peuples démocratiques renversent un ordre étatique à la botte d’une ploutocratie d’affaires qui impose sa loi et son désordre autocrate qui a mené le monde au bord du gouffre fossile du réchauffement climatique planétaire qui menace la vie animale et sapienne sur terre.

Europe-02-2

Mais si l’on en juge les premières réactions de eurozélotes on est loin du compte. Il ne serait question que de contrer la contagion, sans rien remettre en question de ce qu’est devenu l’Europe, comme l’observe The Economist As Europe’s sceptics cheer Brexit, its enthusiasts mourn | Autant les eurosceptiques applaudissent le Brexit, autant les partisans de l’Europe se désolent |

Le Brexit | le degré zéro d’une Europe démocratique !?

Pas sûr !? Pour l’instant, si les appels des démocrates à remettre sur le métier l’ouvrage européen ne sont pas négligeables, les néo-AUTOCRATES ne sont pas en reste… comme le dénonce au Québec nombre de commentateurs souverainistes, dont Joseph Facal dans sa chronique du 30 juin 2016. Ferme ta gueule et obéis!

Dans le même Journal de Québec du même jour Richard Martineau abonde La haine du peuple

Même son de cloche de la part de Mathieu Bock Côté Quand Le Peuple est de trop 2016 06 29, toujours dans le Journal de Québec.

Quant au blogueur Olivier Berruyer ( les-crises.fr ), il fait une bonne recension de ce qui s’instruit dans les médias quant au « vote des jeunes » tout en remettant les pendules à l’heure… démocratique !

2016 06 28  [Propagande] Brexit : L’arnaque du “vote des jeunes”

Voir aussi La fin de l’européisme, par Jacques Sapir | via http://www.les-crises.fr

 

_____________________________________________________________

 

Journal de Québec | 2016 06 30 | Joseph Facal | Ferme ta gueule et obéis!

Depuis le Brexit, on nous sermonne sur les périls du populisme et de la xénophobie.

Je vais vous raconter une petite histoire vraie pour que vous compreniez pourquoi tant de gens en Europe en ont jusque-là de la façon dont le projet européen est conduit.

Au début des années 2000, les leaders politiques décident que l’Union européenne (UE) a besoin d’une constitution en bonne et due forme.

En 2004, on accouche du Traité de Rome: 445 articles, accompagnés de 36 protocoles annexés.

En comparaison, le document de base des souverainistes d’ici en 1995 était simple comme une recette de Ricardo.

Il faut ensuite faire ratifier le Traité par chacun des 25 États dans un délai précis.

Dans la plupart des pays, on se contente d’un vote au parlement, sachant qu’un référendum risquerait de se solder par un rejet.

 

Oups !

Tout de même, en Espagne, on organise un référendum: le OUI au Traité l’emporte sans difficulté avec 76 %.

Aux Pays-Bas et en France, on organise aussi des référendums. Oups! C’est le NON qui gagne dans les deux pays avec 62 % et 55 %.

Puis, le délai prévu pour la ratification arrive à échéance. C’est l’échec.

Quand on craint la parole du peuple, le plus simple est de l’empêcher de parler.

Quand les élites européennes voient que le peuple ferme la porte d’en avant, elles essaient d’entrer par la fenêtre du jardin.

En 2007, on bricole un nouveau document appelé le Traité de Lisbonne, d’une obscurité totale et délibérée.

On y réintroduit l’essentiel de ce qui a été rejeté par les Français et les Hollandais, qui ne veulent pas comprendre que c’est bon pour eux.

Un peu partout, les peuples réalisent maintenant qu’on veut les contourner. Ils se méfient.

Un sondage montre que 76 % des Allemands et 75 % des Britanniques exigent d’être consultés par référendum.

Il n’y en aura pas, car les dirigeants craignent le résultat.

Pour être exact, un seul référendum est tenu. C’est en Irlande.

Devinez quoi? En juin 2008, les Irlandais disent NON à 53 %.

Les dirigeants entendent-ils le message? Pas du tout.

Ta gueule !

Parlant du document rejeté, le premier ministre polonais, Donald Tusk, dit: «L’Europe trouvera un moyen de le faire entrer en vigueur.»

José Luis Zapatero, le premier ministre espagnol, déclare: «Il n’est pas possible que l’Irlande, avec tout le respect pour son choix démocratique, puisse stopper un projet si nécessaire.»

Bref, la voix du peuple ne doit servir qu’à consentir. Dans le cas contraire, elle ne compte pas.

Imaginez un gouvernement souverainiste québécois qui voudrait forcer l’indépendance après un NON référendaire.

Imaginez un gouvernement fédéraliste québécois qui voudrait signer la Constitution canadienne sans référendum ou après un NON majoritaire.

On impose aux Irlandais un autre référendum dès l’année suivante pour obtenir le résultat désiré.

Pour comprendre pourquoi les peuples se sentent floués par leurs dirigeants, il suffit de regarder les faits.

, ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire