Lettre à Edwy Plenel | le burkini et l’extrême gauche antiraciste « collabo » VS les républicains « racistes islamophobes »

Médiapart-PhilippeMarlièreVsJacquesJulliard-2

Texte complémentaire |

Francine Pelletier et la dissociation cognitive multi-inter-culturaliste |

Médiapart | Edwy Plenel | rédacteur en chef

à propos du titre :

Jacques Julliard: l’outrance verbale des heures sombres

6 sept. 2016  | Par Philippe Marlière | Le blog de Philippe Marlière

Bonjour M. Plenel,

J’apprécie l’être très sympathique que vous êtes, voire aussi tout ce que vous défendez et votre manière acharnée de le faire, mais je peine à endosser ce que vous endossez quant à la question islamiste. Certes Jacques Julliard n’y va pas avec le dos de la cuillère en parlant de « gauche collabo », mais ni le malentendu ni l’outrance que vous déplorez ne pourront se dissiper à l’aulne de ce que vous mettez de l’avant comme réplique sous la plume de Philippe Marlière dans l’article précité.

L’islamisto-phobie islamo-phobie

En effet, postuler que relève forcément de l’islamophobie anti-musulmane tout refus du port du burkini et tout refus du port des autres voiles islamistes dans l’espace public d’une démocratie égalitariste est tout aussi outrancier que ce que vous déplorez par ailleurs ( parce que déconnecté du réel sociétal et politique qui est le nôtre ). Amalgame pour amalgame, ce qui est en cause, s’il est question de haine et de détestation, c’est au pire, de l’islamisto-phobie… nuance ! ( La juste détestation de l’islamisme ) ; non pas l’islamo-phobie ( l’exécrable détestation de l’Islam tout entier, des musulman,es ).

En effet, l’obligation coranique du port d’un voile islamiste pour les seules femmes islamistes est une prétention islamiste qui tient à pratiquer une ségrégation sexuelle patriarcaliste qui valide un apartheid sexuel débilitant inacceptable dans une démocratie égalitariste ; cette obligation coranique n’est pas musulmane puisque la majorité des musulmans n’adhèrent pas à cette interprétation islamiste… puisqu’on peut être musulmane sans porter quelque voile que ce soit…

En revanche, on ne peut pas être une islamiste sans porter le plus opaque des voiles, à défaut, la burka, le burkini ; sans afficher donc son adhésion prosélyte à la pratique et à la célébration de la ségrégation sexuelle ; une pratique qui n’est pas admissible en démocratie égalitariste. La démocratie peut admettre qu’on puisse revendiquer, célébrer tout ce qu’on veut, y compris la polygamie, la ségrégation sexuelle, la pédophilie, les châtiments et mutilations corporels, le racisme… mais elle ne peut admettre qu’on les pratique sans que la majorité y consente nommément. Pourquoi devrait-on dans une démocratie égalitariste accepter que se pratique la ségrégation sexuelle ? Pourquoi la ségrégation sexuelle et pas la raciale ?

Prohiber la ségrégation sexuelle

Si vous n’êtes pas d’accord, si vous admettez qu’on puisse impunément valider la célébration et la pratique de la ségrégation sexuelle dans une démocratie égalitariste – sous prétexte d’ouverture à l’autre, à l’altérité – il vous faudra aussi admettre la pratique des mutilations sexuelles ( excision et infibulation ), de même que les châtiments corporels ( fouet, amputations, etc. ), la peine de mort par lapidation ou égorgement, la polygamie, le mariage à partir de l’âge de 9 ans, voire le crime d’honneur et autre cannibalisme, puisque tout cela aussi participe de l’altérité sapienne…

Si vous n’êtes pas d’accord avec le refus de la célébration et pratique de la ségrégation sexuelle, vous ne pouvez pas à la fois être démocrate et à la fois disqualifier les démocrates qui tiennent à prohiber la ségrégation sexuelle puisqu’on prohibe aussi la raciale.

En  vertu de quoi donc faudrait-il dans une démocratie égalitariste valider impunément la ségrégation sexuelle alors que la ségrégation raciale est bannie avec tant de force loi et juste rigueur de principe. Pourquoi était-il de mise de combattre l’apartheid racial avec tant de juste et ardent empressement, alors que ne devrait pas être admis le combat contre l’apartheid sexuel ? Pire, en vertu de quoi donc faudrait-il dans une démocratie égalitariste admettre non seulement la célébration, mais aussi la pratique de la ségrégation sexuelle ? Parce qu’après tout­… il ne s’agirait que des femmes ? Vraiment ?

La culture patriarcaliste débilitante autocrate et théocratique qui a structuré nos cultures sapiennes depuis ± 6k ans est heureusement mise à mal par la démocratie égalitariste et par le féminisme, pour que se déploie enfin une culture sapienne égalitariste féminhumaniste qui rompt définitivement avec cette culture patriarcaliste qui est récente dans l’Histoire des cultures sapiennes qui ont cours depuis ± 200k ans.

Une époque charnière

Nous vivons une époque charnière qui à terme verra soit disparaître les grands mammifères à cause de ce qu’a produit cette culture patriarcaliste impérialiste ségrégationniste débilitante sapienne, soit apparaître une autre humanité qui cessera de se prendre pour un dieu distinct de la nature et qui aura trouvé comment vivre dans la nature sans menacer l’équilibre oecosystémique naturel qui permet aux grands mammifères que nous sommes de vivre sur la planète terre jusqu’à la fin du monde… ; c’est soit l’un, soit l’autre, ça ne pourra pas être les deux.

Mais on ne change pas la culture comme on change de chemise, d’idée, ou de politique. Cela mettra du temps, même si le temps climatique est compté et s’il faut faire vite puisqu’un point de bascule systémique est à portée. En effet, si rien n’est fait pour protéger l’équilibre climatique actuel d’ici les 30 prochaines années, un point de non-retour pourrait être franchi rendant le réchauffement climatique exponentiellement irréversible, provoquant d’ici ± un siècle ou deux, l’extinction de la plupart des espèces animales, dont aussi bien sûr la sapienne…

Il importe de comprendre comment est née cette culture sapienne patriarcaliste autocrate et théocrate, inégalitariste, productiviste et impérialiste qui en moins de ± 6k ans a pu structurer et produire la culture sapienne millénaire qui est la nôtre et qui a produit ce qui menace aujourd’hui l’oeco-système terrestre de manière aussi dramatique et brutale du seul fait de continuer à faire ce qu’elle a toujours fait depuis ± 6k ans, à savoir se multiplier et dominer la nature… comme nous y invite le récit de la genèse biblique abrahamique.

Un changement s’impose aux démocrates athées ou croyant,es. Mais ce n’est pas le cas pour les théocrates des religions abrahamiques, qui s’entendent pour que rien ne change afin qu’adviennent au plus vite la fin des temps et l’apocalypse qui verra s’imposer le Royaume des cieux, comme le décrivent les écrits bibliques et coraniques que vénèrent les fous de Dieu, autant chrétiens qu’islamistes. Ainsi, la pire des politiques est la meilleure des politiques pour ces fous théocrates.

Le choc des civilisations n’est pas territorial, il est culturel. Le clivage n’est pas entre nations, civilisations, religions, mais entre la culture patriarcaliste inégalitaire théo-autocratique millénaire et un féminhumanisme démocratique égalitariste en voie de constitution et à peine séculaire. Les acquis de la démocratisation féministe égalitariste des deux derniers siècles ( une oeuvre civilisationnelle en construction perpétuelle ), sont menacés par un retour de vague théocratique apocalyptique qui paradoxalement ne veut pas mourir avant de n’avoir provoqué l’apocalypse, sous couvert de réaction à l’impérialisme colonialiste occidental lui aussi est apocalyptique.

Ce n’est pas en validant l’impérialisme culturel et politique islamiste qu’on pourra réparer ce qu’a brisé, contraint, empêché et produit l’impérialisme colonialiste patriarcaliste occidental qui s’est structuré il y a ± 6k ans dans le Croissant fertile moyen-oriental quand les sapiens ont compris, à force de déductions de plus en plus sophistiquées induites par la domestication du loup, que les mâles y étaient pour quelque chose dans la parturition animale et sapienne, dans la reproduction ( logoparturicoïtincidence ou coïdence ). ( Cf : « Le Choc sexuel géniteur de l’idée de Dieu » )

Au contraire, c’est en refusant la doxa impérialiste de la multi-inter-culturalisation uniformisatrice des cultures que pourra se développer une culture démocratique égalitariste féminhumaniste oeco-responsable seule capable d’enrayer la machine productiviste patriarcaliste inégalitaire actuelle qui menace à court terme le climat et qui, si rien n’est fait, provoquera à terme l’extinction de la plupart des espèces vivant sur terre actuellement, les unes après les autres.

De loeco-culturalisme | une culture démocratique féminhumaniste

Ce n’est pas en validant la ségrégation sexuelle patriarcaliste islamiste que la gauche pourra participer utilement à la victoire d’un démocratique oeco-culturalisme égalitariste et responsable contre la culture patriarcaliste impérialiste théocratique débilitante qui menace la diversité culturelle de l’Humanité.

La dissociation cognitive multi-inter-culturaliste prend la partie pour le tout et applique aux parties singulières du tout pluriel culturel sapiens, la qualité plurielle du tout ; ce qui prive le tout de son caractère pluriel puisque les parties ne sont dès lors plus singulières, mais toutes plurielles, puisqu’elles auront été toutes été multi-inter-culturalisées… Il n’y a donc plus d’altérité possible ; toutes les cultures ayant été détruites par leur multi-inter-culturalisation. Elles n’ont plus d’ancrage, de territoire, de terroir, le fondement de leur genèse et developepment. Cf : De l’oeco-culturalisme ).

La diversité culturelle et raciale de l’Humanité sapienne est une richesse fragile qui a mis ± 2M d’années à se construire à partir d’un genre Homo diversifié dont il ne reste plus que les sapiens, puisque ceux-là ont exterminé les espèces homo non sapiens ( néndertalien,nes, etc… ) comme s’il n’était plus admissible quelque concurrence d’espèces que ce soit à partir du moment où s’est développé le patriarcalisme impérialiste débilitant, sur la base de l’accès à la coïdence et ce qu’elle a produit comme dispositifs culturels inégalitariste impérialiste théo-autocratique. ( Cf : « Le Choc sexuel géniteur de l’idée de Dieu » )

De la diversité… culturelle, raciale et biologique

La diversité raciale sapienne est une conséquence des mutations génétiquement transmissibles rendues nécessaires par l’implantation des groupes sapiens partout sur la planète, là où l’ensoleillement varie selon la latitude, ce qui impose notamment une modification durable de la couleur de la peau pour que puisse se produire l’essentielle photosynthèse de la vitamine D sous l’action des rayonnements UVB du Soleil qui a notamment une action sur la réparation de l’ADN. Une carence provoque notamment un délétère rachitisme…

C’est parce que des groupes sapiens se sont implantés partout sur la terre, dans un relatif isolement capable de générer des modifications génétiquement transmissibles que se sont constituées différentes « races » de l’espèce sapienne, se déclinant sous différentes cultures et langues adaptées à la géographie du lieu, à ce que tel terroir différent d’un autre, terrestre ou côtier, continental ou insulaire, permettait de récolter et produire pour assurer la survie de ce groupe sapiens ± isolé des autres pendant de longues périodes, voire des millénaires. À force de migrations, d’interpénétrations, cette diversité raciale et culturelle s’est développée de manière exponentielle jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à ce que l’explosion des flux migratoires soit en mesure, si la doxa de la multi-inter-culturalisation brutale s’impose partout, de faire disparaître la diversité culturelle et raciale elle-même, comme nous sommes en mesure de faire disparaître la bio-diversité animale et végétale. Tout se tient…

La protection de cette diversité biologique, raciale et culturelle implique la diversité des pratiques, moeurs, coutumes et régimes politiques et culturels, et non pas l’uniformisation des cultures. Certaines, selon le bon plaisir Souverain des Peuples concernés, pourraient demeurer ce qu’elles sont ; d’autres pourraient rompre avec le patriarcalisme autocratique théocratique inégalitaire et irresponsable, sans pour autant accepter l’uniformisation multi-inter-culturaliste… Ce qui fera foi, sera la démocratie anti-impérialiste, à savoir, la primauté de la souveraineté constituante, culturelle et politique des Peuples. L’impérialisme culturel islamiste célébrant la pratique de la ségrégation sexuelle n’est pas compatible avec une culture démocratique égalitariste féminhumaniste oeco-responsable. Cf Démocratie 101 

Luc Archambault

 

En complément de programme

Critique de l’article précédent de Philippe Marlière

  • La gauche de l’entre-soi et le burkini

    26 août 2016 | Par Philippe Marlière
    Cet article revient sur les récentes controverses sur le port du burkini en France, montre la ligne de fracture qu’elles ont créée au sein de la gauche française, et réfute les arguments qui sont déployés pour justifier des attaques racistes et sexistes contre les femmes musulmanes.

Le titre à  lui seul en dit long sur la détestation de soi que sous-tendent les partis-pris de la gauche soi-disant antiraciste que défendent Philippe Marlière et Edwy Plenel.

« L’entre-soi », à savoir, le fait de vivre avec ses semblables… dans un monde pluriel, où se vit ailleurs, par ailleurs, entre-soi, l’altérité qui n’est pas soi ; tout ça ne serait qu’une aberration insondable qu’il suffit de nommer pour en faire apparaître la soi-disant évidence de l’odieux… du seul fait de le dire en se passant de tout autre analyse… comme si l’Humanité depuis 200k ans n’avait vécu que dans l’attente de ce nirvana de la mise en abîme de soi… n’avait produit de diversité culturelle que pour qu’elle s’absolve elle même pour disparaitre dans le maelstrom de la prohibition de l’entre-soi. Mais qu’est-ce donc que soi a de si pernicieux, mauvais, nauséabond, invivable pour qu’il soit question d’en prohiber le vécu ? Mais qu’est-ce donc que l’altérité tant recherchée si partout où soi se vit, il n’y a que de soi altérisé ? Où soi vit-il en ce cas ? Où vit le soi de l’autre ?

En quoi l’autre est-il un autre que soi si ce soi autre n’a pas lieu d’être lui non plus puisque le vécu entre-soi est banni, n’a pas de lieu pour être ? Qu’est-ce que soi en ce cas de mise en abîme ? En quoi le fait que les Chinois implantés sur l’île du Japon et vivant entre soi est-il une aberration ? N’est-ce pas ce vécu séculaire qui a pu créer une culture distincte de la chinoise et qui est autre que la chinoise, autre que l’Européenne, autre que tout autre ? Si le Japon n’a plus droit de vivre entre-soi, qu’adviendra-t-il de cette altérité qui sera submergée par l’altérisation de cet entre-soi ? Rien… la culture du Japon va juste disparaître…

Et si l’entre-soi est à prohiber ? Qu’en est-il du dispositif patriarcaliste islamiste relevant soi-disant d’une obligation coranique de séparer les hommes des femmes, pour que se vive, à distance, l’entre-soi des femmes et l’entre-soi des hommes ? N’est-ce pas sous-tendre « l’exclusion, plus ou moins active et consciente, des autres » de l’autre sexe ; les autres des autres familles, des autres clans… ? L’entre-soi des femmes voilées est donc admissible, mais pas l’entre-soi français, l’entre-soi d’Europe, d’Asie ou des Amériques ?

__________________________________

Il me semble utile de commenter un texte dans la même veine publié dans Libération

Burkini : la France contre le reste du monde

Par Julien Suaudeau, écrivain — 7 septembre 2016 à 17:17
FR-Marianne

Julien Suaudeau est l’auteur du roman Ni le feu ni la foudre (Laffont, 2016).

L’écrivain Julien Suaudeau réagit à la tribune de Manuel Valls ( En France, les femmes sont libres | Blog Huffington Post : 05/09/2016 15h58 ) sur les femmes musulmanes et fustige la position de la classe politique française qui allie burkini et islamisme radical. Enseignant à Philadelphie, où nul ne comprend un tel point de vue, il appelle à cesser ce qu’il nomme un «délire».

C’est du délire. Alors délirons nous aussi : dans les montagnes corses, où il m’arrive de passer mes vacances, on croise des femmes vêtues de noir, couvertes de la tête au pied. Même si elles ne font de mal à personne, un républicain pur et dur comme Manuel Valls ne saurait le tolérer : combien de temps encore devra-t-on supporter que nos principes soient foulés aux pieds par ces accoutrements moyenâgeux ? On est en France, oui ou non ?

D’abord, relevons le navrant recours au sophisme d’autorité qui prétend que La France est seule au monde à tenir à prohiber la célébration et la pratique de la ségrégation sexuelle islamiste et que cela suffit à la disqualifier et à disqualifier ses choix sans qu’il soit besoin d’argumenter plus avant…

L’autorité ici est « Le Monde » et c’est TOUT le monde… 8MM de personnes contre la France… rien que ça. Comme si la majorité des Britanniques n’était pas opposée au port de la burqa et du burkini… Comme si l’impérialisme culturel, politique, idéologique et religieux islamiste n’avait pas d’opposant,es partout en Europe et ailleurs dans le monde ; comme si le candidat des Républicains à la Présidence des États-Unis n’avait pas proposé de fermer les frontières aux musulmans… 8MM de personnes seraient unanimes… contre la France, et c’est l’auteur qui accuse cette France là de délirer… sans rire !

______________________________________

Dans Libération toujours…

Égalité homme-femme et actes juridiques: les risques du genre

Aurélie Dudézert est professeure des universités en sciences de gestion, IAE de Poitiers, laboratoire CEREGE, Université de Poitiers

Aurélie Dudézert parle abondamment d’égalité des sexes… sauf que… l’égalité des sexes est une chose, et la ségrégation sexuelle en est une autre. Elle omet de considérer le dispositif islamiste qui célèbre et pratique la ségrégation sexuelle caractérisée. La question est, dans une démocratie égalitariste qui bannit la ségrégation raciale, est-il admissible que l’État démocratique égalitariste VALIDE voire encourage, la célébration et la pratique de la ségrégation sexuelle, égalité des sexes ou pas ?

La ségrégation raciale et l’apartheid racial ne niaient pas l’égalité des races, mais prônait la ségrégation, la séparation, le vécu entre-soi, entre semblables. Pourquoi l’entre-soi des femmes islamiste, séparé de l’entre-soi des hommes islamistes ( sauf dans le cercle fermé de la famille et de la chambre congugale ), devrait-il être admis dans un société où la diversité est le maître mot ? Faudrait savoir !?

Dans le débat sur le burkini, nous héritons du même discours et de la même façon d’agir pour lutter contre les inégalités de traitement entre les hommes et les femmes. En partant d’une volonté salutaire (promouvoir l’égalité homme-femme), ces mesures instituent peu à peu ce qu’est une femme «normale» et par opposition ce qu’est un homme «normal». À force de jouer cette petite musique du genre, nous pourrions bien en arriver, sans nous en apercevoir, à étouffer toute diversité et à dessécher tout ce qui fait la beauté de la personnalité humaine.

Le sophisme de la pente fatale est toujours d’une grande utilité quand on manque d’arguments valides pour justifier ses a priori et partis-pris idéologiques. D’abord, il n’est pas question de seulement lutter contre les inégalités, mais aussi contre les dispositifs culturels ( religieux ou sectaires en l’occurrence ) qui ne sont pas compatibles avec l’idée que se fait Le Peuple de son État de droit démocratique égalitariste, comme l’esclavagisme, le racisme, la ségrégation raciale et sexuelle, la polygamie, les mutilations sexuelles ( infibulation, excision, etc. ), les châtiments corporels ( fouet, amputation ), la peine de mort et les exécutions cruelles ( lapidation, égorgement, décapitation ). 

Le port d’une croix gammée, d’une étoile jaune, d’une cagoule blanche du KKK, n’est pas une question de choix personnel partie de la beauté de la personnalité humaine… il en est de même pour le port des voiles islamistes, soi-disant sous le coup d’une obligation coranique pour toute islamiste pieuse, du moins d’après les grands prêtes des sectes islamistes. Personne ne peut prétendre que ce n’est pas le cas, comme personne ne peut prétendre qu’une croix gammée en tissus portée sur un vêtement n’est pas un symbole nazi raciste.

@ suivre…

______________________________________

Voile-AmelZaazaa-LeDevoirLa Réplique › Burkini

Une lecture féministe arrogante et cavalière

8 septembre 2016 | Amel Zaazaa – Montréal |

Le déclencheur :

« Le burkini participe de la même idéologie, de la même morale étriquée que celle du hidjab. Une morale patriarcale et sexiste qui définit les femmes comme des objets sexuels appartenant aux hommes. »

— Louise Mailloux, «Le burkini, version aquatique du hidjab», Le Devoir des 3 et 4 septembre

« Je suis féministe, je suis musulmane, et au risque de casser votre fantasme orientaliste, je suis une femme libre »

Le problème n’est d’être ou de ne pas être une femme libre, le problème c’est, librement ou pas, de célébrer impunément la pratique de la ségrégation sexuelle et de la pratiquer sans que rien ne soit autorisé à ne serait-ce que critiquer ou contester telle pratique dans l’espace public démocratique, ce qui n’est pas admissible dans une démocratie égalitariste anti-patriarcaliste. 

Votre étendard féministe des années 70 représente-t-il cette jeune génération de Québécoises, voilées ou pas, qui s’est nourrie de courants autres que les vôtres et les a fait évoluer, qui a la liberté de choix et qui l’exerce dans une société où la différence de l’autre n’est pas une menace, mais une richesse ?

L’âgisme ne sera, ici comme ailleurs, d’aucun secours… Par ailleurs, l’accueil de la différence, le respect de la différence, voire sa célébration enthousiaste, ne peuvent constituer en aucun à un passeport à licence complète et absolue pour accepter n’importe quoi et son contraire, qu’on soit jeune ou pas. À défaut, faudrait que les États démocratiques égalitaristes acceptent, sous prétexte de respect de la « différence », le nudisme en tout lieux, la polygynie excluant la polyandrie, le mariage à 9 ans des fillettes, l’excision et l’infibulation des fillettes et des femmes, les mutilations et châtiments corporels, voire le cannibalisme, les sacrifices animaux et humains ou le port généralisé de la croix gammée, de l’étoile jaune et de la cagoule du KKK, etc… puisque c’est LIBREMENT qu’on peut revendiquer le droit de s’adonner LIBREMENT à telle pratiques…

Le port d’un voile islamiste dans l’espace public démocratique égalitariste se trouve à contredire, voire à disqualifier la prohibition de la ségrégation sexuelle ; se trouve à pratiquer la ségrégation sexuelle non sans la célébrer de manière prosélyte ostentatoire, en tant qu’obligation coranique sacrée, du moins selon les islamistes. Une obligation coranique que les plus libéraux des intégristes soumettent au libre arbitre des femmes qui ne sont soi-disant pas forcées de se soumettre à l’obligation coranique, ajoutant une couche de ségrégation, les pieuses porte un voile islamiste, les saintes portent le voile intégral, les autres non…

Que sévisse la ségrégation sexuelle dans les mosquées et les églises, c’est une chose, que l’État valide la célébration et la pratique dans l’espace public démocratique égalitariste de telle ségrégation sexuelle c’est autre chose. D’aucun,es, ont, à bons droits démocratiques, le droit de défendre la prohibition de la ségrégation sexuelle et le droit de réclamer de l’État qu’il ne la valide pas, notamment en ne faisant rien pour la combattre et prohiber cette ségrégation sexuelle débilitante, et ce, sans se faire traiter de féministe colonialiste, sans se faire insulter personnellement de manière « arrogante et cavalière ».

Le débat consiste non pas à opposer féminisme soi-disant colonial et féminisme soi-disant décolonisé, mais d’opposer féminhumanisme démocratique égalitariste et patriarcalisme théo=autocratique débilitant. ( Cf : Le Choc sexuel géniteur de l’idée de Dieu patriarcaliste )

Mon corps m’appartient, il n’est ni la possession des féministes de votre acabit, ni des religieux, ni des politiques et il m’appartient à moi seule de décider de mon habit.

He NON, la liberté des personnes n’est pas absolue dans nos sociétés démocratiques contemporaines, et elle ne l’est ni en soi, ni en matière de port vestimentaire. Le nudisme, pour un, n’est pas toléré, du moins pas en tous lieux. Le port de la croix gammée, de l’étoile jaune ou de la cagoule du KKK non plus n’est pas toléré ; notamment parce que ces vêtements ou accessoires vestimentaires célèbrent la ségrégation raciale. Les voiles islamistes célèbrent la ségrégation sexuelle, et vous nous dites qu’il faudrait, sous prétexte libre choix des femmes, tolérer sa célébration et pratique !? Mais alors qu’est-ce donc qui pourrait justifier la prohibition du port des symboles qui célèbrent et pratiquent la ségrégation raciale ? RIEN… ce qui n’est pas admissible en démocratie égalitariste.

La ségrégation sexuelle n’est pas moins grave que la raciale, qu’elle soit célébrée librement ou pas, qu’elle soit endossée librement ou pas par des femmes. Si l’État valide la sexuelle, rien ne l’autorise à prohiber la raciale, à prohiber l’esclavagisme, sous prétexte que, LIBREMENT, des esclaves se sont opposé,es à l’abolition de l’esclavagisme. On ne peut librement choisir d’être esclave… pourquoi devrait-il être admis de librement choisir de célébrer et de pratiquer la ségrégation sexuelle ?

Vous ne combattez pas leurs prétendus oppresseurs, vous ne faites qu’ajouter des pierres à leur édifice en les excluant, en leur refusant du travail et en contribuant à leur précarité économique.

Il n’est pas question de combattre de « prétendus oppresseurs », mais question de combattre et de prohiber dans l’État démocratique égalitariste la pratique et la célébration de la ségrégation sexuelle qui n’est pas plus admissible que la raciale. Les personnes qui choisissent librement de porter une croix gammée sont responsables de leur propre exclusion du monde du travail et responsable de la précarité économique qui pourrait en découler, pourquoi cela devait-il être différent pour les femmes qui choisissent librement de pratiquer et célébrer la ségrégation sexuelle sectaire islamiste ? 

______________________________________

DOCUMENTATION

Affaire des shorts :
«La police de la vertu islamiste impose ses normes par la violence»

FigaroVOX | Par Céline Pina | Mis à jour le 08/09/2016

« Aux cris de «putes» et «vas-y mets-toi toute nue», les jeunes hommes sont venus exercer une police de la vertu que l’on croyait impossible sous nos latitudes. Dans le cas de la jeune fille en short, qui a raconté son agression sur Facebook, à la question « pourquoi vous me traitez de pute parce que je porte un short alors qu’un homme peut se balader torse nu en plein centre-ville sans que personne n’y trouve rien à redire? », les jeunes femmes ont répondu « ben parce que t’es une femme, faut se respecter, sale conne. » Ces gardiennes sourcilleuses de la pudeur des femmes, mais peu de la chasteté de leur vocabulaire par ailleurs, ont tout dit: un homme on doit le respecter, une femme doit se respecter. »

« ben parce que t’es une femme, faut se respecter, sale conne. »

Si le respect de soi implique pour les femmes un traitement et un dispositif différent des hommes, il est donc question de ségrégation sexuelle… ce qui est inadmissible dans une démocratie égalitariste.

______________________________________

 

, , , , , , , , , , , ,

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire