Plébiscite constituant révocatoire | D’abord INVALIDER l’État ILLÉGITIME du Canada ! Comment ? En donnant l’occasion au Peuple de se prononcer sur l’État actuel ILLÉGITIME du Cda pour l’INVALIDER au Qc

D’abord RENVERSER l’État de dictature d’occupation

Qu’est-ce qui n’a pas marché depuis que les soi-disant souverainistes ont entrepris de LIBÉRER le Québec de l’emprise de la Couronne britanno-canadian ?

C’est très simple en fait… mais nos élites citoyennes et politiques semblent incapables de le comprendre.

Pourquoi ? Parce qu’elles pensent que Le Peuple n’a ni la volonté de prendre le pouvoir, ni le pouvoir de prendre le pouvoir. Erreur funeste de diagnostic.

Le Peuple n’attend que ça. Ce qui lui manque ce sont des élites politiques libératrices qui cessent de penser que Le Peuple n’a pas de pouvoir sur la réalité de l’État illégitime du Canada actuel.

Pourquoi ? Parce qu’elles pensent à tort que l’on peut faire l’économie du RENVERSEMENT de la dictature d’occupation canadian. Comme s’il était plus facile de fonder le pays abstrait à venir que de d’abord RENVERSER l’État illégitime actuel du Canada.

Or, la preuve est faite, 50 ans plus tard, l’État ILLÉGITIME du Canada s’impose toujours parce que RIEN n’a été fait pour donner l’occasion au Peuple de l’INVALIDER.

C’est pourtant simple. Quand Le Peuple vit sous l’emprise d’une dictature, il faut lui donner l’occasion et les moyens de la RENVERSER. Cela peut se faire par les armes ou pacifiquement par référendum démocratiquement tenu portant sur l’État actuel, non pas seulement sur l’État à venir… 

Un CanaEXIT

Le Brexit en est un bon exemple… Le Peuple a eu l’occasion de se prononcer sur l’État ACTUEL pour l’INVALIDER. Il n’a pas été question de se prononcer sur ce qui devrait succéder à l’effondrement du cadre européen au Royaume-Uni… Il n’a été question que de se prononcer pour que l’Europe s’applique ou pas au Royaume-Uni…

La révolution tunisienne aussi est un bon exemple. Un processus constituant populaire a pu s’engager, seulement après que Le Peuple eut RENVERSÉ la dictature.

Pareil dans la France occupé. Le 18 juin 1940 de Gaulle n’a pas formé un gouvernement collabo pour appeler Le Peuple à rédiger sous dictature la constitution de la France LIBRE… Il a plutôt appeler à RENVERSER la dictature d’occupation. L’Histoire lui a donné raison, et elle a donné tort à la gouvernance collabo PÉTAIN/Laval. On ne peut LIBÉRER Le Peuple et l’État du Peuple en validant la négation de la souveraineté du Peuple. Ce n’est qu’après le renversement de l’État d’exception PÉTAIN/Laval qu’a pu se tenir ensuite un large et libre processus constituant populaire, sous république.

Suivre l’exemple de De Gaulle

Ne reste qu’a tirer les leçons de notre Histoire… OUI, la gouvernance collabo nous a été un temps utile, pour survivre après la Conquête, pour nous donner le temps de nous reconstituer des élites propres pour remplacer celles qui avaient quitté à la Conquête, pour produire en moins de 200 ans des élites capables de produire la Révolution Tranquille…

Aujourd’hui, nous avons tout ce qu’il faut pour donner au Peuple l’occasion Historique de RENVERSER démocratiquement l’État ILLÉGITIME du Canada qui s’est bien gardé de solliciter l’aval du Peuple, parce qu’il savait que s’il l’avait fait c’eut été NON… Ne reste qu’à renverser le fardeau de la preuve et d’appeler Le Peuple à RENVERSER l’État illégitime du Canada, du seul fait pour lui de se prononcer pour Proclamer INVALIDE au Québec tout État qui, tel l’État illégitime actuel du Canada, n’a pas obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es.

Un Programme COMMUN d’État démocratique républicain

Comme de Gaulle l’a su faire à compter du 18 juin 1940, il nous faut faire l’UNION des forces démocratiques citoyennes et politiques du Peuple Souverain du Québec afin de disposer de la force politique nécessaire capable de faire face à la force de l’État illégitime du Royaume de la Couronne canado-britannique, un Tigre de papier que Le Peuple peut RENVERSER selon son bon plaisir Souverain, dès lors qu’on lui donne l’occasion de ce faire.

Voilà ce qu’il nous faut faire…

0-Démarche-04-2

 

Le référendum révocatoire est un droit civique qui existe dans plusieurs états au monde (principalement en Europe et aux Amériques) permettant à des citoyens la possibilité de décider de la révocation d’un élu ou d’un agent public ayant failli à ses engagements.

Référendum révocatoire — Wikipédia

 

Plébiscite révocatoire constituant ( Un plébiscite c’est un référendum qui adopte une Loi )

Le droit civique révocatoire du Peuple doit pouvoir s’appliquer non pas seulement aux élu,es mais aussi aux Actes constituants de l’État s’appliquant au territoire national du Peuple adoptés par référendum par Le Peuple, et à plus forte raison quand ces Actes constituants n’ont jamais été soumis à l’aval référendaire du Peuple, ce qui est le cas des Actes constituants de l’État du Royaume de la Couronne canado-britannique.

La tenue d’un plébiscite révocatoire constituant est le préalable obligé de tout processus constituant le moindrement démocratique. C’est le Premier Acte constituant à poser pour Le Peuple ; c’est celui qui INVALIDE de facto et de jure la suprématie absolutiste autocrate qui NIE la primauté démocratique de la souveraineté constituante et politique du Peuple.

_____________________________________________________

Joseph Facal | JdM | 31 octobre 2017 | PQ : la mort en face

PQ-JFL-2

La seule et unique carte qui lui reste, hormis d’espérer un hypothétique effondrement de la CAQ, est de tout miser sur une attaque frontale du statu quo constitutionnel.

Il doit montrer comment le régime canadien, tant par ses politiques économiques que fiscales, et surtout, par sa doctrine multiculturaliste et les décisions de ses tribunaux, pénalise le Québec francophone.

C’est une démonstration complexe, mais que le PQ savait jadis faire brillamment, à une époque où les Québécois n’étaient pas plus idiots qu’aujourd’hui.

Risqué ? Absolument. Incertain ? Absolument. Mais qui dit mieux ?

Le « régime canadian », quel qu’il soit, aussi malfaisant qu’il soit pour le Québec ( ou bienfaisant selon les canadianisateurs ), est et demeure un « régime » qui s’impose au Québec de force et d’autorité impériale puisqu’il n’a jamais obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es, ce qui n’a rien de démocratique. Voilà ce que le PQ doit mettre de l’avant : tout simplement la démocratie ; à savoir : le fait pour Le Peuple d’avoir l’occasion d’exercer de manière effective sa souveraineté démocratique constituante et politique sur SON territoire national du Québec.

Joseph Facal a pourtant fait le choix de Jean-François Lisée il y a à peine plus d’un an le 14 octobre 2016 ( cf JdM | 2016 10 14 | Lisée: le meilleur choix ). Aujourd’hui, placé devant l’évidence des sondages qui démontrent que la CAQ a supplanté le PQ comme parti de gouvernement devant succéder à l’effondrement du PLQ de Philippe Couillard, Joseph Facal comprend qu’il a erré en 2016 en choisissant JFL et sa politique de gouvernance collabo provincialiste ; comprend qu’il n’a pas fait le bon choix pour le Québec et encore moins pour le Parti québécois. Mieux vaut tard que jamais.

Ce n’est pas le que « Québec francophone » qui est « pénalisé » par le désordre constitutionnel canadian qui s’impose au Québec de force et d’autorité impériale, mais c’est bel et bien l’ensemble du Québec démocratique qui est pénalisé par tel État autocrate auto-constitué par-dessus la tête démocratique constituante du Peuple Souverain du Québec, qu’il soit francophone ou anglophone ou encore venu de partout dans le monde entier.

Prendre le parti de la Démocratie et de la souveraineté constituante du Peuple c’est prendre le parti de l’UNION de la majorité démocrate contre l’UNION de la minorité autocrate qui ne peut s’imposer contre la majorité que grâce à la division de la majorité. Mettre de l’avant l’UNION multipartite des démocrates est en mesure de mobiliser toutes et tous les démocrates par delà leurs divisions sur la gouvernance de l’État, plus à gauche ou plus à droite. Ce qui permet de battre la minorité activiste canadian du PLQ.

Donc, il faut faire plus que simplement faire le procès d’un Canada soi-disant malfaisant de par sa seule gouvernance erratique anti-franco… parce que l’État du Royaume de la Couronne canaco-britannique l’est, malfaisant, d’abord de par sa simple existence… en tant qu’État illégitime qui s’impose sans OUI référendaire par-dessus la tête démocratique constituante du Peuple, ce qui n’est juste pas démocratique. Il faut donc plutôt cesser de participer à la validation de telle illégitimité autocratique qui foule aux pieds la DÉMOCRATIE.

Mais bon, je suppose que M Facal comme tant d’autres trouveront trouverez matière à s’y refuser… en attendant que les faits leur fassent comprendre qu’on ne peut que participer à la validation de la négation de la souveraineté démocratique du Peuple quand on s’abstient de la mettre de l’avant pour la rendre effective quant à l’État présent.

Ce qui vaut aussi pour la Catalogne du reste…

Ce qu’avait compris un temps Guy Laforest, peu avant de se joindre à l’Action démocratique, découragé qu’il était par le PQ et ce que nous pourrions appeler le « souverainisme étatique historique »… avant de se décourager de la politique tout court…

 

0-0-Coalition-71-5-

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

2 Réponses à “Plébiscite constituant révocatoire | D’abord INVALIDER l’État ILLÉGITIME du Canada ! Comment ? En donnant l’occasion au Peuple de se prononcer sur l’État actuel ILLÉGITIME du Cda pour l’INVALIDER au Qc”

  1. Claude Gaudet Dit :

    Compte tenu du fait que le chef du parti ayant fait élire le plus grand nombre de députés lors d’une élection soit nommé Ipso facto premier ministre, relève d’une convention non écrite (ni dans la loi Constitutionnelle de 1867, ni celle de 1982, ni dans aucune autre loi constituante), je propose;
    Amender la loi électorale pour y inscrire la possibilité qu’un citoyen ou citoyenne dûment inscrit,e sur la liste électorale, membre d’un parti politique ou pas, puisse se présenter directement au poste de premier ministre, qui serait élu à la majorité des voix, dans un scrutin unimodal à un tour, comme c’est le cas présentement pour l’élection des maires des villes et municipalités.

    Répondre

    • Luc Archambault Dit :

      Merci pour votre contribution.

      Admettons… Mais ça ne change pas le fait que s’impose au Québec depuis la Conquête l’État du Royaume de la Couronne britannique ( aujourd’hui canado- britannique ) qui n’a jamais ni sollicité ni obtenu le clair OUI référendaire des Québécois,es, ce qui est tout sauf démocratique puisque la députation, comme le gouvernement issue de cette députation ( ou du suffrage universel uninominal à un tour pour le,la Premier,ère ministre, selon votre proposition ), accepte d’être gouvernés et de se gouverner en conséquence d’une loi constituante de l’État qui n’est pas celle du Peuple, qui n’émane pas du Peuple, qui n’a pas obtenu le clair OUI du Peuple ni même de sa députation unanime, ce qui n’est juste pas démocratique.
      Plutôt que de mettre de l’énergie à modifier une Régime autocrate qui ne dit pas son nom et qui foule aux pieds la souveraineté démocratique constituante et politique du Peuple, ne faut-il pas plutôt donner l’occasion au Peuple de le RENVERSER, comme il en a les pleins droits démocratiques, pour fonder un État de droit démocratique républicain qui émane du Peuple. Dans un tel État, la Présidence élue au suffrage universel nomme le,la Premier,ère ministre et préside le gouvernement ? La réponse est OUI selon moi.

      Répondre

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire