ex-SLĀV | le tragique n’a pas de race, mais désormais l’autodafé a un festival : le FIJM


Version originale non mise à niveau
publiée dans Le Soleil 2018 07 04
Robert Lepage et «SLĀV»

Larges extraits publiés dans
Le Devoir 2018 07 06
Le tragique n’a pas de race

Hommage à Betty Bonifassi ( La demoiselle d’Avignon )
et à Robert Lepage

 
slav

SLĀV | Théâtre du nouveau monde 

UNE ODYSSÉE THÉÂTRALE À TRAVERS LES CHANTS D’ESCLAVES

Alliant l’expertise novatrice d’Ex Machina, le talent scénique de Robert Lepage et la voix incomparable de Betty Bonifassi, accompagnée de six choristes, SLĀV est une odyssée théâtrale à travers les chants traditionnels afro-américains, des champs de coton aux chantiers de chemins de fer, des chants d’esclaves aux chansons de prisonniers recueillies par John et Alan Lomax dans les années 30. Un hommage hautement visuel à la musique comme outil de résilience et d’émancipation.

 

Robert Lepage s’est trompé | Michel Lessard | Le Soleil | 2018 07 01


Bonjour Michel,

J’ai bien peur que nous ne soyons pas du même avis ; c’est chose rare…

Bien sûr, l’esclavagisme est une tare incommensurable. Bien sûr, l’appropriation culturelle est parfois elle aussi une abracadabrantesque forfanterie, sauf que, elle est aussi partie intégrante de l’évolution des cultures qui se nourrissent les unes les autres par des apports de tous ordres quand elles se rencontrent, par voisinage ou voyages et migrations.

Il n’y aurait pas eu de Renaissance italienne s’il n’y avait pas eu appropriation culturelle des héritages grecs. Il n’y aurait pas eu de Demoiselles d’Avignon, si Picasso n’avait pas emprunté à l’esthétique des primitifs africains. En découle un engouement pour l’art africain qui ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui partout dans le monde sans l’apport de Picasso, un blanc espagnol européen dominant, qui nous a permis de l’apprivoiser et connaître en le déconstruisant.

En s’appropriant la musique et les chants des esclaves de différentes cultures dans le monde, Betty Bonifassi, une artiste, une interprète et créatrice exceptionnelle, se fait complice de l’indicible souffrance des esclaves en sortant de l’oubli leurs sombres et envoutants chants et mélopées tragiques, non sans y avoir consacré des années de patientes recherches musicographiques  que personne n’avait cru bon faire avant elle comme elle l’a pu et su faire. En soi, cet apport considérable de recherches et développement est digne de mention et doit être salué pour ce qu’il est, à savoir, une contribution inestimable au développement de la Connaissance et de l’Histoire de l’Humanité souffrante.

C’est le facteur humain de l’évolution de la Culture et des Arts. Une personne, en l’occurrence néo-québécoise née en France de parents Yougoslave et d’origine italienne, s’empare, on ne sait trop pourquoi, d’un sujet et le développe pour en faire une oeuvre d’art digne de mention, peu importe sa race, son identité ethnique, ses croyances ou sa religion. C’est bel et bien le cas de cette entreprise titanesque de Betty Bonifassi.

Faire de la souffrance des esclaves une affaire de noir,es aux prises avec des blanc,hes esclavagistes est proprement aussi réducteur que bancal. L’esclavagisme existait en Afrique bien avant que les blanc,hes ne s’en emparent et, comme de raison, les esclavagistes étaient noir,es ou arabes, comme leurs esclaves. L’esclavagisme est la honte de l’Humanité toute entière, non pas seulement celle des blanc,hes. Les Noir,es aussi doivent assumer leur passé esclavagiste, pas seulement les blanc,hes.

En s’attaquant à Robert Lepage et à Betty Bonifassi ( des figures emblématiques de l’art progressiste du Québec ) d’aucun,es pensent démontrer que si ces deux-là sont racistes, c’est dire que tous les Québécois,es ( ces incultes moins développés qu’elle et lui ), comme de raison, le sont toutes et tous, complètement et assurément. Vous êtes, me semble-t-il, tombé dans le panneau.

National Post

Combien d’autres commentaires racistes de la part de
Betty Bonifassi notre communauté doit-elle subir ?

La charge est sans équivoque. On prétend ( sans l’ombre d’une démonstration ) que Betty Bonifassi s’est fendue de très nombreux « commentaires racistes », et non sans prétendre que rien ne semble vouloir enrayer ce flot, ni même les protestations indignées pourtant massives… Ce n’est pas rien comme fausse nouvelle. Une soi-disant « nouvelle » que n’importe quel,le Québécois,e connaissant les intimés aura bien du mal à croire, mais que pourrons avaler n’importe quel,le anglo du Canada ou des États-Unis, voire du Québec, ignorant tout de la culture québécoise. C’est là que réside l’implacable efficacité des fausses nouvelles, plus le mensonge est gros, difficile à vérifier pour des néophytes, plus il a des chances d’être admis. Ce qui s’est avéré en ce qui concerne Moses Sumney qui aura obtenu l’annulation du spectacle en annulant le sien, ce qui a internationaliser le conflit, aussi mal informé qu’il fut.

Or, la plus simple des vérités, c’est que Robert Lepage et Betty Bonifassi sont tout sauf racistes, et la plupart des opposants de la communauté noire du Québec le sait très bien. Sauf que, la suspicion est maintenant de mise, et pas qu’un peu… La communauté noire subit nombre de commentaires racistes de la part de Betty Bonifassi… Le bobard ( fake news ) est lancé et il va se propager comme une trainée de poudre sans autre démonstration pour faire tache, indélébile… 

Cela dit, Robert Lepage est un maître de l’appropriation artistique. Il en a fait sa marque de commerce. À commencer par La Trilogie des dragons, un chef d’oeuvre d’appropriation culturelle qui s’est emparé de l’Histoire de la communauté chinoise de Québec pour la célébrer, magnifier et pour sortir de l’oubli la destruction de leur quartier.

L’avez-vous dénoncé en 1985 ? Non pas ! Pour la bonne et simple raison que les Québécois,es d’origine chinoise de Québec n’ont pas manifesté leur indignation, avec raison. Robert Lepage dénonçait la destruction et saccage du quartier chinois de la basse-ville pour construire des échangeurs, comme on a détruit en haute-ville à la même époque le quartier où était située la maison ancestrale qu’habitait ma grand-tante Aline sur la rue St-Cyrille près du Parlement, là où elle faisait le ménage, pour construire l’édifice G et un semblant d’autoroute que l’on a détruit 30 ans plus tard pour en faire le boulevard René Lévesque.

Vous me direz que le monde a changé depuis, et qu’on ne peut pas ne pas en tenir compte. Changé dites-vous !? Certainement pas si c’est pour subir le retour des autodafés !

Le tragique n’a pas de race

Le tragique est partout dans l’espace temps culturel sapiens depuis ± 10k ans, depuis que l’espèce humaine a domestiqué le loup et exterminé ses cousin,nes néandertalien,nes et autres. Chaque humain qui s’empare du tragique civilisationnel sapiens ne fait que participer de son Humanité quel que soit son sexe ou l’idée qu’il,elle s’en fait, quelle que soit sa race, ses appartenances et affinités électives culturelles et idéologiques. 

Les hommes se doivent d’être féministes ( féminhumaniste si vous préférez ) et ce n’est pas de l’appropriation culturelle, c’est le simple bon sens ; et si c’en est, il faut l’applaudir, non pas le tancer. L’égalité des sexes n’a pas de sexe, comme le tragique n’a pas de race.

Si des blanc,hes ont été esclavagistes, d’autres blanc,hes l’ont combattu, sont mort,les pour obtenir son abolition. Est-ce de l’appropriation culturelle pour des blanc,hes que d’avoir combattu l’esclavagisme et d’avoir pris fait et cause pour les esclaves, notamment noir,es ou des Premières nations ? Si oui, c’est donc que l’appropriation cultuelle n’est pas en soi une tare. Il faut savoir faire les distinctions qui s’imposent.

On reproche à Robert Lepage de n’avoir pas donné suffisamment la parole aux noir,es dans ce spectacle. Aurait-il fallu que des noir,es s’approprient le travail de Betty Bonifassi en l’écartant du spectacle pour satisfaire les ayatollahs de la rectitude raciale ?  S’approprier le travail d’un,e créateur,trice c’est permis mais faire sien,ne la douleur des esclaves ce ne le serait pas !? C’est ça !? Certainement pas.

Du reste, rien n’empêche les noir,es du Québec de monter un spectacle mettant en scène la musique et les chants des esclaves noir,es. Il,elles n’ont qu’à faire ce qu’ont fait Betty Bonifassi depuis 5 ans et Robert Lepage à ses débuts…  Partir de rien, ou presque, et créer des oeuvres d’art… Quel est le problème ? L’intégration des noir,es à la vie culturelle et artistique du Québec ? En quoi s’approprier le travail de Betty Bonifassi serait-il porteur et fertile à ces fins !?

Toutes choses égales par ailleurs et rectifications faites, la controverse a cela de bon : susciter l’émoi de la masse qui n’aurait pas été exposée au spectacle ; à savoir ; permettre d’attirer l’attention sur l’esclavagisme et ses affres, voire aussi nous rappeler celles de la ségrégation raciale, du racisme, des difficultés d’intégration des nouveaux arrivants, de leur relative invisibilité dans l’espace artistique, culturel, économique et politique du Québec. Ces tares concernent tous les humains, qui sont, comme on le sait ( grâce à Gilles Vigneault ), de ma race… et ce, appropriation culturelle et artistique ou pas…

Le respect des communautés noires !? N’est-ce pas les respecter, n’est-ce pas respecter le vécu des esclaves noir,es que de consacrer des années de sa vie à se plonger dans ce vécu atroce pour en magnifier comme jamais le tragique dans leurs chants comme l’a fait Betty Bonifassi non sans exhumer de l’oubli ce contenu artistique sans pareil !? Si ce contenu est si important pour les noir,es, comment se fait-il qu’aucun,e n’ait avant Betty Bonifassi consacrer le temps et le talent qu’il faut pour le faire vivre et aimer ?

N’est-ce pas un manque flagrant de respect que de ne pas admettre que l’apport de Betty Bonifassi est exceptionnel ? Respect pour respect… ne doit-il pas être réciproque pour qu’on avance dans la liquidation des contentieux raciaux historique l !?

Cela dit, ce qu’il y a de bien, avec tout ce tremblement, c’est qu’une troupe noire n’aura désormais plus aucun problème à obtenir des subventions pour monter un spectacle exclusivement noir pour magnifier le vécu des noir,es… Le seul problème c’est qu’il ait fallu s’attaquer à de bien innocentes personnes pour ce faire… et pour de bien mauvaises raisons…Le seul problème c’est qu’on en ait été réduit à sombrer dans l’autodafé en annulant unilatéralement la présentation du spectacle

La question qu’il faut se poser c’est pourquoi des noir,es du Québec n’ont pas avant que ne le fasse Betty Bonifassi, fait les recherches qu’elle a faites pour s’emparer de ce répertoire oublié afin de le magnifier comme elle l’a fait ? 0 subventions nécessaires pour ce faire…

Facile ensuite de la blâmer… tout a été fait, mâché, organisé, valorisé… C’est une honte que de vouloir s’emparer de ce travail sous tous prétextes opportunistes, y compris la soi-disant appropriation culturelle. Les noir,es n’ont qu’eux à blâmer, de n’avoir pas su faire ce que Betty Bonifassi a fait, dans l’ombre, à compte d’auteur, pendant des années… C’est une honte que de s’en prendre à elle et à Robert Lepage qui s’est intéressé à son travail…

Mais bon… c’est aussi ça la vie d’artiste ! Savoir affronter un monde cruel et fou, d’envie, de jalousie, souvent stupide et borné…

;-)

Luc A.

La Presse | 2016 07 03 | Moses Sumney annule son spectacle pour protester contre SLĀV

1559591-musicien-afro-americain-moses-sumney

Pathétique ! Comme s’il fallait que les acteur,trices personnifiant des prisonnier,ières à Auschwitz devaient toutes et tous être des descendant,es confirmé,es des victimes juif,ves de la Shoah, ou homosexuel,les, communistes et tziganes, etc… 

 

ÉPILOGUE

La Presse|  4 juillet 2018 11:27 | Fin du spectacle «SLĀV» de Robert Lepage

Slav racisme

Le @FestivalJazzMtl doit en toute logique désormais déménager dans une ville à majorité noire & interdire aux blanc,hes, parties d’1culture dominante, d’y participer autant sur scène que dans la salle.

Le tango sera pareillement désormais réservé qu’aux seuls bruns sud-américain,nes, autant pour le danser, que pour l’écouter ou interpréter ; si ce n’est que par des seul,es noir,es, puisque l’origine est noire. Le tango dansé par des blanc,hes étant d’office de l’appropriation culturelle. Logique !

La blanche, qui partie d’une culture dominante et qui proteste contre la présentation de SLĀV fait elle aussi de l’appropriation culturelle ce faisant. N’est-ce pas aux seul,es noir,es de traiter d’esclavage ?

J’aimerais bien savoir quels commentaires racistes a formulé Betty Bonifassi ?

 

DOCUMENTATION

  • Le Devoir |  2018 07 04 |
    Par Amadou Sadjo Barry – Enseignant de philosophie au Cégep de Saint-Hyacinthe
    Art et équité raciale

 

Betty Bonifassi

  • Revenons aux nègres blancs d’Amérique
    Journal de Québec | 8 juillet 2018 | Michel Hébert
    À chacun son histoire; on a compris. On ne peut s’approprier l’esclavage des autres. Alors revenons aux nègres blancs d’Amérique, les nôtres.
  • Les leçons de l’affaire «SLĀV»
    Le Devoir | 7 juillet 2018 | Patrick Moreau
    Rédacteur en chef de la revue «Argument» et auteur de l’essai «Ces mots qui pensent à notre place»
  • Chronique « La mise en esclavage d’Africains est-elle plus acceptable en Mauritanie qu’en Libye ? »
    Le Monde Afrique | 2017 11 21 | Yann Gwet

  • Le Devoir | Catherine Lalonde | 11 juillet 2018
    «Kanata»: les Amérindiens du Canada lus par Lepage et Mnouchkine
    Mme Mnouchkine poursuit. « Nous, nous sommes acteurs, rien de ce qui est humain ne nous est indifférent. L’humain, c’est l’humain. Et nos in-différences, c’est-à-dire ce qui ne nous est pas différent, est bien plus important. Le racisme, c’est mettre l’importance dans l’inimportant, dans [une couleur de peau] ou dans la forme d’un nez. Si « Nous, Juifs », si « Nous, Noirs », on commence à entrer dans ces schémas-là, par légitime amertume, par légitime indignation du passé, on va reproduire et d’une façon aussi irrémédiable des souffrances folles, absurdes. »

  • La Presse | 2018 07 11 | Marjorie Champagne
    Le bouclier de Robert Lepage
    « La réponse de Robert Lepage suite à l’annulation de la pièce SLAV est regrettable. »
    0 discussion possible dans La Presse, le fil est fermé.

Nous, Québécois dits « de souche », à la fois opprimés et oppresseurs, devrions baisser la garde, faire preuve d’introspection, et nous rallier.

Les oppressions que nous avons subies n’ont rien de comparable à celles qu’ont subies et subissent encore les Noirs, mais elles devraient nous rendre plus compréhensifs et sensibles.

La réponse de Robert Lepage suite à l’annulation de la pièce SLAV est regrettable. Écouter les critiques qui lui ont été adressées de la part de la communauté noire aurait pu changer le cours des choses.

Inclure une majorité d’interprètes noirs dans le casting, tel que Webster, consultant sur le spectacle, l’avait suggéré, aurait pu changer le cours des choses.

Offrir des représentations gratuites à des communautés qui en ont moins les moyens aurait aussi pu changer le cours des choses.

Ce spectacle serait aujourd’hui rempli de sens.

Robert Lepage a levé son bouclier. Il aurait dû baisser sa garde.

« Nous, Québécois… oppresseurs » !?

Oppresseurs de qui ? En quoi !? Des Premières nations !? Vraiment !? NOUS « les Québécois,es », Nous avons oppressé les Premières nations, ne serait-ce que par association, que par amalgame, parce que nous n’avons pas protesté contre le fait que les Premières nations, nos alliées, nos égales, celles avez qui nous avons pu étendre pacifiquement les territoires de la Nouvelle-France de l’Acadie atlantique à au Golfe du Mexique en Louisiane et de Gaspé aux confins des Pays d’en haut ( les Grands-Lacs ) soient réduites par l’Empire de plus puissant de toute l’Histoire de l’Humanité à statut de pupilles de la Couronne canado-britannique !? Et les Patriotes, c’est quoi !? Louis Riel, c’est qui ça ? Et tout ce que nous avons engagé contre cette Couronne illégitime indigne qui n’a jamais bronché que pour nous mieux assujettir ; NOUS sommes coupables de n’avoir pas protesté contre les communautés religieuses qui ont profité des subsides de la Couronne pour créer les pensionnats pour Premières nations !? C’est ça ! C’est ça être TOUTES et TOUS des oppresseur,euses ! Avoir été sous la botte de la Couronne brit et n’avoir pu et su nous en libérer pour en libérer d’un même souffle les Premières nations !? C’est ça !? WOW ! Méchant amalgame et vison tordue de notre Histoire.

« Les oppressions que nous avons subies n’ont rien de comparable à celles qu’ont subies et subissent encore les Noirs »

C’est vrai, ce n’est pas comparable, c’est différent… sauf que…

De UN, il n’y a pas une telle chose que « les Noirs » qui auraient tous et toutes subi,es l’esclavage ! En effet, certes, « des Noir,es » ont été esclaves, mais une multitude de noir,es ont été aussi esclavagistes et le sont encore aujourd’hui en Afrique… et ce, bien avant que des blancs n’achètent de ces noir,es esclavagistes=là, des esclaves noir,es pour développer l’économie des Amériques.

« DES noir,es » ont subit l’esclavagisme… nuance ! Un,e noir,es, n’est pas donc d’office représentant,e en soi de la souffrance esclavagistes plus que les blanc,hes… puisqu’il,elles sont aussi responsable ( et représentant,es ) de l’esclavagisme qui n’a malheureusement pas de race…

De DEUX, des blanc,hes ont aussi été esclaves et des blanc,hes ont été esclavagistes, comme l’ont été des noir,es du reste… 

D’autant que SLĀV n’est pas un spectacle exclusivement consacré à l’Histoire de l’esclavage aux États-Unis…

Dans la hiérarchie des tragédies, nous avons été, nous les Français,es de Nouvelle-France en Acadie ( Neufrancien,nes ), nous avons déportés et à moitié exterminé,es ; puis quelques années plus tard, lors de la guerre de Conquête britannique, de l’Acadie à Québec, nos fermes, nos récoltes ont été incendiées, nos femmes violées, notre bétail abattu ; Québec martyrisée a été bombardée tout l’été, incendiée, affamée. Les patriotes ont été tué,.es, pendus, expatriés, dépossédés. Louis Riel et les Métis,ses de l’Ouest ont été écrasé,es puis les hommes ont été exécutés. On a tout fait pour nous faire disparaître, nous assimiler, ici et aux États-Unis, là où nous nous sommes expatrié,es pour nous arracher à la misère, en étant réduit quasiment à l’état d’esclave… nous les nègres blanc,hes d’Amérique, et ce serait moins douloureux que le fait d’être réduit à l’état de pupille de l’État et à statut d’esclave, mais nourri, logé, voire éduqué… non sans favoriser le contraire de la disparition, mais plutôt la multiplication…

Aujourd’hui, en Amérique du Nord, ± 28M de Nord-Américian,nes sont d’origine neufrancienne, mais parfaitement anglicisé,es… Nous serions ± 36M aujourd’hui à vivre en français dans la République démocratique du Peuple Souverain du Québec… alors que nous sommes ± 7M d’origine neufrancienne toujours aux prises avec un État illégitime autocrate du Cda qui s’impose au Québec sans jamais avoir ni sollicité ni obtenu pour ses Actes constituants le clair OUI référendaire des Québécois,es, et ça, c’est moins douloureux que de constituer aujourd’hui aux États-Unis une force politique conséquente en plein rattrapage et développement au point que l’un des leurs a pu accéder à la Présidence des États-Unis !? Vraiment !?

« Inclure une majorité d’interprètes noirs dans le casting »

y’a 1 diff entre RÉSOUDRE 1 problème et l’ÉLIMINER. Une distribution black à 50% &+ aurait ÉLIMINÉ le problème. Mais le problème à résoudre (= « l’artiste peut-il s’exprimer librement? ») serait demeuré, ayant été esquivé.

Stéphane Venne | Twitter

± 3,2% de la population du Québec est de races noire/mulâtre. SLAV comptait 2 interprètes du 6 de races noire/mulâtre, soit 33% pour 3,2% de la population… Quel est le problème!?

Que s’est-il passé pour que les Haïtiens d’hier deviennent des « Noirs » ? Et pour que les Québécois que j’ai connus se transforment en « Blancs » ? Est-ce la même régression qui, en France, a aussi métamorphosé les Algériens, les Tunisiens et les Marocains en « musulmans » ?

Comment expliquer cette régression ethnique sinon par cet impérialisme culturel américain qui, en effaçant les distinctions nationales (et la citoyenneté qui va avec !), tend à essentialiser tous les débats et à les réduire à d’insolubles affrontements raciaux ?

____________________________________________________________

@slavresistance dans Twitter, m’a bloqué…

C’est ça le dialogue qu’appelle de ses voeux le collectif de race noire qui s’en est pris à SLAV !? Éliminer et faire disparaitre ses contradicteur,trices participe d’un dialogue constructif !? VRAIMENT !? 

 

slavresistance-Blocage

À propos de Luc Archambault

Artiste et citoyen

Voir tous les articles de Luc Archambault

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

#MaTouraine-Monts2015 |
Ensemble pour le bocage may... |
GAUCHE CITOYENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...
| Pour une Moselle solidaire